Connectez-vous à nous

Pas de soccer au parc de Lausanne

Sports

Pas de soccer au parc de Lausanne

VIMONT. La surface synthétique du parc de Lausanne n’accueillera pas de partie de soccer cet été.

Commentaires

Membre du comité exécutif et conseiller municipal du district Saint-Bruno, David De Cotis affirme que tous les efforts ont été faits à la Ville, mais que le processus, dans lequel est impliqué le Service du contentieux, nécessite plusieurs démarches qui doivent être respectées.

«J’étais confiant que le terrain puisse être disponible, mais la compagnie a refusé de refaire la surface de jeu au complet. Ils ont proposé des correctifs, mais qui n’étaient pas à notre satisfaction. Ils voulaient réparer une partie de la surface, alors nous perdions toute garantie pour le reste du terrain», déplore M. De Cotis.

«Je peux comprendre que les gens soient déçus, mais ce n’est pas un manque de volonté de ma part. Je préfère voir jouer les enfants à notre parc», enchaîne le conseiller.

Six mois d’ouverture

Construit en 2011 au coût de 1,2 M$ pour accueillir des équipes de soccer et football, le plateau sportif est fermé depuis 2012. Il n’aura été ouvert qu’une demi-saison.

Rappelons que des analyses effectuées par une firme spécialisée révélaient que la pelouse synthétique ne répondait pas aux normes de sécurité établies.

«Notre priorité est de nous assurer que le terrain soit sécuritaire pour les usagers», insiste M. De Cotis.

La Ville de Laval devrait prendre en charge les travaux. «Nous sommes en attente de spécifications du terrain que nous devrions recevoir dans une quinzaine de jours de la firme Dessau. Par la suite, nous procéderons à l’appel d’offres, nous choisirons le gagnant et les travaux pourraient débuter en septembre. Malheureusement, le processus est long, mais nous voulons le faire dans les règles», termine-t-il.

Laval pourrait refiler la facture aux concepteurs d’origine du parc synthétique, soit Lavallée & Frères ainsi que C.P.L. Multisport. La Ville pourrait aussi engager des recours judiciaires à leur endroit.

Parmi les 37 accusés

Daniel Lavallée, président de Firme Lavallée & frères 1959 limitée, figure parmi les 37 personnes arrêtées, le 9 mai 2013, par les enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) de la Sûreté du Québec.

Il fait face à plusieurs chefs d’accusation: fraude, fraude envers le gouvernement, complot, abus de confiance et corruption dans les affaires municipales.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sports

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page