Connectez-vous à nous

Nouveaux outils pour les femmes immigrantes victimes de violence conjugale

Communauté

Nouveaux outils pour les femmes immigrantes victimes de violence conjugale

BARRIÈRE DE LANGUE. La Ville de Laval offrira de nouveaux outils pour aider les femmes immigrantes victimes de violence conjugale dans 12 langues différentes.

Commentaires

Le maire Marc Demers en a fait l’annonce en compagnie des partenaires Pascale Bouchard, porte-parole de trois maisons d’hébergement de Laval, Maud Pontel et Melpa Kamateros, de l’organisme du Bouclier d’Athéna, le 17 avril.

Trois nouveaux outils ont été dévoilés, soit un dépliant d’information, un message audio sur CD ainsi que la présence d’un intermédiaire culturel.

«Un cas de violence conjugale, ce sera toujours pour moi un cas de trop. La violence n’a pas sa place dans notre communauté. Nous allons mettre toutes nos énergies pour la contrer», indique l’ancien policier et maire, Marc Demers.

Ces outils ont été développés en collaboration avec la Ville de Laval, le Bouclier d’Athéna, les maisons d’hébergement (Lina, Le Prélude, L’Esther), le Service de police, Urgence sociale et le Secrétariat à la condition féminine.

Ceux-ci ont pour objectif de briser les barrières linguistiques et culturelles qui peuvent angoisser ces femmes et les empêcher d’avoir recours aux services disponibles.

«Il y avait un manque de services adaptés pour les nombreuses femmes qui arrivent dans les maisons d’hébergement de Laval et qui ne parle ni anglais ni français. L’obstacle de la langue ainsi que la méconnaissance de leurs droits sont, pour les femmes immigrantes, des freins importants à l’accessibilité des services offerts», affirme Pascale Bouchard.

Implication des policiers

Lors d’une intervention pour violence conjugale, les policiers remettront à la victime un dépliant dans sa langue, de sorte à lui faire comprendre ses droits et lui expliquer la situation.

Le message audio sera entendu lors de l’arrivée en maison d’hébergement. D’une durée de 2 minutes 40 secondes, il donne aux femmes l’information de base sur l’endroit où elles se trouvent et sur la possibilité de rencontrer un intermédiaire culturel.

Par la suite, des intermédiaires culturelles accompagneront ces femmes lors de leurs diverses consultations légales et psychosociales. Les maisons d’hébergement L’Esther (12), Le Lina (15) et Le Prélude (18) peuvent accueillir 45 femmes et leurs enfants.

EN CHIFFRES

29 %

Entre 2009 et 2012, le taux de violence chez les femmes à Laval a augmenté de 29 %.

1043

La moyenne annuelle des 5 dernières années de violence faites aux femmes de Laval est de 1043 cas.

12

Les outils ont été créés en 12 langues différentes: français, anglais, arabe, bengali, espagnol, farsi, grec, italien, ourdou, punjabi, tamoul et russe.

38 %

Depuis 2010, le taux de femmes issues des communautés ethnoculturelles hébergées a augmenté de 3 %, pour se situer à 38 % à la maison d’hébergement Le Prélude.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page