Connectez-vous à nous

Micheline Duff termine sa série «Pour les sans-voix»

lidl opening times today

Culture

Micheline Duff termine sa série «Pour les sans-voix»

Dans ce qu’elle croit être son troisième et dernier livre consacré à sa série Pour les sans-voix, intitulé Une place au soleil, l’auteure Micheline Duff donne la parole aux jeunes homosexuels et aux personnes âgées.

L’écrivaine de Sainte-Dorothée a imaginé un étudiant en techniques infirmière qui finit par adopter une grand-mère lors de son passage dans un CHSLD.

«Le travail d’infirmier représente une belle relation d’aide à vivre. Ces jeunes étudiants de 18 ans sont en contact avec la mort, avec la guérison, car ils apprennent aussi que ça peut finir bien. Ça entraîne une prise de conscience et une maturité rapide dans cette quête d’absolu qui les anime», raconte Micheline Duff, qui est retournée à ses propres sources professionnelles, elle qui a d’abord été technicienne de laboratoire dans sa vingtaine.

Lecteur spécial

Pour son premier chapitre, l’écrivaine a usé d’un procédé inusité. Ce n’est pas elle qui l’a écrit, mais un de ses lecteurs les plus fidèles.

«J’ai une liste de lecteurs avec qui je corresponds virtuellement. Après ma publication précédente, l’un d’eux s’est informé de mon prochain sujet. Quand je le lui ai révélé, il m’a demandé la permission de m’envoyer une lettre écrite chez moi. J’ai acquiescé.»

Plus tard, Micheline Duff recevra une lettre de 10 pages témoignant d’un incident quand ce lecteur était encore jeune homosexuel. Elle en a trouvé l’écriture si fine et le propos si juste qu’elle a demandé l’autorisation de la reprendre intégralement comme premier chapitre de son roman.

«Il a été le premier à lire mon manuscrit. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois il y a quelques semaines durant le Salon du livre de Québec. Je l’avais invité à déjeuner. J’ai rencontré un homme fort sympathique et le hasard a voulu que nous ayons tous deux enseigné le piano. Il désirait savoir, entre autres, si d’avoir écrit cette lettre allait pouvoir rendre service à quelqu’un. On ne le saura probablement jamais.»

La vieillesse

Quant à la situation de nos personnes âgées, Micheline Duff s’y était familiarisée en faisant du bénévolat dans un CHSLD.

«J’ai commencé à écrire Pour les sans-voix, afin de parler de ces gens qui vivent trop souvent en silence de grosses problématiques. Il faut prendre prendre conscience de la situation vécue par ces gens-là, qui ont eu des vies aussi actives que les nôtres. Ils ont bâti la société dans laquelle on vit et mériteraient plus de reconnaissance.»

Maintenant l’amour

Au sortir de ce triptyque dont les thématiques portaient sur des sujets plutôt graves, Micheline Duff a ressassé ses souvenirs d’écrivaine en résidence dans un château suisse pour son prochain roman, dont elle vient de remettre le manuscrit à sa maison d’édition, Québec-Amérique.

La sortie de ce qui serait son 17e livre en 13 ans est prévue pour l’automne prochain. Sinon, elle approche les 200 pages pour la suite qu’elle est à écrire présentement.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page