Connectez-vous à nous

Méo monte sur scène pour la première fois

Culture

Méo monte sur scène pour la première fois

Le beau-frère d’Elvis Gratton arrête de fumer et prend la parole pour la première fois, après 25 ans de silence. Le public pourra enfin en savoir plus long sur ce personnage sorti de l’imaginaire du cinéaste Pierre Falardeau. Un Méo alimenté par son interprète, Yves Trudel.

«Méo garde tout de même son cigare dans la bouche comme un muffler. Il se met à parler et on découvre qu’il a plein de choses à dire, bien qu’il ressemble à ces gens dans la vie qui ont l’air de perdants. Tout le contraire de Patrick Huard, quoi», lance d’entrée Yves Trudel, qui ne perd pas de plaisir à incarner ce personnage burlesque. «Depuis la disparition de la série télévisée, les gens m’arrêtent dans la rue pour me dire qu’ils s’ennuient de Méo et de l’émission. Quand j’ai fait la tournée avec la pièce Les deux Maurice, les gens me répétaient la même chose. Les gens peuvent appeler s’ils veulent le retour de Bob Gratton», de continuer celui qui sera seul sur scène dans le spectacle solo Le monde de Méo.

Se raconter

Sur scène, Méo parle de ses aventures amoureuses, des différents genres de femmes qu’il a fréquentées (l’intellectuelle, la végétarienne), dont celle de sa vie, Rollande, qui s’est poussée dans le sud avec un autre homme.

«Méo a aussi perdu son petit chat, ce qui l’amène à aborder de front la solitude, un thème dont on ne parle pas d’ordinaire en humour. Il va aussi raconter la rencontre de Bob Gratton et de sa sœur Linda, en 1975, au Festival du gaz de Ste-Émilie-de-l’Énergie», raconte Yves Trudel.

Méo a aussi découvert le merveilleux univers des ordinateurs et de l’Internet. Il opère d’ailleurs son propre blogue, sur lequel il prodigue des conseils aux femmes, «trop souvent aux prises avec des abrutis».

Pierre Falardeau

Il y a un peu plus d’un an, le 26 septembre 2009, le cinéaste Pierre Falardeau est décédé à la suite d’un cancer. Yves Trudel commence à peine à se remettre de la perte d’un ami.

«Pierre était un cérébral, un intellectuel. On se voyait une fois par mois. Il m’appelait quand il avait le goût de rire. C’était un pur», ressasse le comédien, avant de relater les débuts de Méo: «Le personnage arrivait dans le troisième court-métrage, vers la fin du film Elvis Gratton. Je me souviens de la première scène que j’ai tournée en Méo, dans la cour d’un garage. Pierre m’a demandé de marmonner. Il y avait un monsieur de 70 ans qui nous regardait de la rue. Il n’était plus capable d’arrêter de rire et nous a applaudis!»

Le spectacle «Le monde de Méo» est présenté le 22 octobre, 20h, à la Maison des arts de Laval (1395, boul. de la Concorde Ouest). Information: 450 667-2040.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page