Connectez-vous à nous

Martine St-Clair se réinvente en formule intime

Culture

Martine St-Clair se réinvente en formule intime

Martine St-Clair reprend la route après trois mois de voyages, en tant qu’animatrice télé, avec ce goût de retrouver le public dans une ambiance feutrée de confidence toute musicale. Que des chandelles sur scène.

Commentaires

Après les disques d’or et les 13 numéros 1 au palmarès, la rencontre des plus grands de la chanson francophone, dont Luc Plamondon et Gilbert Bécaud, la montée fulgurante du succès il y a déjà 25 ans, Martine St-Clair revisite les succès qu’elle a interprétés de 1981 à 2006.

Ses musiciens l’ont d’abord convaincue d’assumer la musicienne en elle. Elle débute d’ailleurs le spectacle seule au piano, avec la pièce Vous, cette déclaration d’amour d’une artiste à son public. La pièce est la dernière de son dernier album sorti en 2005, Tout ce que j’ai. «Par le passé, jamais je n’aurais proposé de jouer en dehors du travail de préparation. Mais là, j’y ai pris goût. C’est à l’image de ce spectacle, j’ose l’intimité, la conversation avec les gens», déclare une Martine St-Clair, impatiente de reprendre le micro.

Versions multiples

Au gré d’improvisations en répétitions, les arrangements ont parfois changé, tout en conservant l’efficacité des versions originales. Se succéderont ainsi les On va s’aimer, qui devient une belle bossa-nova, Y’a d’l’amour dans l’air, Le fils de Superman ou Danse avec moi .

La chanteuse n’hésite pas non plus à bousculer la forme de pièces plus récentes, telle Mon amour, mon ami, le cadeau de Marie Laforêt, qui devient aussi un prélude à l’une des grandes chansons des Beatles… que l’on vous laissera le soin de deviner. «Ce spectacle est un véritable laboratoire de recherche! Nous laissons encore beaucoup de place à l’improvisation. Il y aura des invités-surprises, des rencontres, de nouvelles pièces, des versions modifiées», annonce celle qui est devenue une auteure-compositeure-interprète à part entière.

L’important: la démarche

«À 44 ans, c’est un retour aux sources pour moi. Je me dirigeais plus vers les techniques infirmières et le plongeon que la chanson, à mes années de cégep. Accompagnée de ma sœur, je chantais sans rêver de carrière», observe celle qui s’est fait remarquer à l’âge de 17 ans, en remportant la finale de Cégeps en spectacle, et ce, par un auteur en quête de voix: Luc Plamondon. «L’important reste l’authenticité de la démarche: créer, collaborer et échanger, mener à terme nos projets et les partager avec le public», souligne Martine St-Clair, qui sera entourée de trois musiciens, dans ce spectacle présenté une cinquantaine de fois depuis un an.

Et l’amour?

Ce qui retient l’attention dès qu’on aborde son répertoire, demeure la place prépondérante laissée à l’amour, sous toutes ses déclinations.

«L’amour, c’est ce qui m’a appelée, percée, que ce soit l’amour d’une mère, de mon chum, des amis, l’amour donné ou reçu», relève l’interprète de L’amour est mort, avec Gilbert Bécaud.

Il y a un engagement de type social et sans innocence dans cet engagement envers l’amour, dénote-t-elle. Martine St-Clair reçoit des tonnes de courriels de jeunes fans, qui lui expriment leur désarroi. Chanter l’amour comme un appel à la paix, au bonheur, pourrait-on affirmer.

Martine St-Clair et ses musiciens montent sur la scène du Théâtre des Muses de la Maison des Arts de Laval, 1395, boul. de la Concorde Ouest, le 13 octobre, 20h. Informations: 450-667-2040.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page