Connectez-vous à nous

Lutte à six dans le tout nouveau comté de Vimy

Actualités

Lutte à six dans le tout nouveau comté de Vimy

Nouvellement redécoupé et renommé, le secteur comprenant la circonscription de Vimy, anciennement nommé Laval, mettra aux prises six candidats espérant tous remporter le scrutin du 19 octobre.

Commentaires

Depuis 60 jours, ces citoyens cognent aux portes de leurs électeurs afin de s’enquérir de leurs doléances et demandes, en plus d’observer sur le terrain les besoins les plus urgents.

José Nunez-Melo

Élu sous la bannière du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD), avec la vague orange suscitée par feu Jack Layton, auquel il porte toujours une immense admiration, le député sortant José Nunez-Melo a été écarté de cette formation, avant de rejoindre les rangs du Parti vert.

«Je n’aimais pas l’évolution des choses au NPD, indique-t-il. N’empêche qu’une fois élu, je compte assurer la continuité de mon travail des quatre dernières années au service de mes commettants, peu importe leur position politique.»

Nunez-Melo a déjà donné son appui à la Ville de Laval dans son opposition au projet d’oléoduc ÉnergieEst.

«Ma priorité va au logement social, la protection de l’environnement et l’abolition des frais de scolarité et des dettes pour les étudiants du collégial et des universités, affirme celui qui ne craint aucun sondage. Cela ne reflète pas la véritable attitude de la population dans mon expérience du marketing et des statistiques. Les gens me reconnaissent quand je les visite. Ils me parlent des problèmes de Postes Canada que nous comptons résoudre et me félicitent de mon action comme député.»

France Duhamel

Pour la candidate du NPD, le problème le plus urgent de Vimy demeure le logement social dont s’est désengagé le gouvernement fédéral à une hauteur de 34 G $ depuis une décennie. «Le parc est insalubre et il faut y voir dès maintenant, déclare celle qui veut rétablir le service postal, plus particulièrement pour les personnes âgées et les gens à mobilité réduite. Au pouvoir, nous irons aussi de l’avant avec notre plan de réfection des routes, ponts et chaussées, créant ainsi 54 000 emplois.»

Expérimentée dans le milieu des affaires et de l’activité caritative, France Duhamel veut encourager les PME en diminuant leur taux d’imposition de 20 % «tout en augmentant celui des grandes entreprises qui n’ont pas rempli leurs promesses de création d’emplois. La solution passe par les petites et moyennes entreprises.»

Mme Duhamel aimerait ramener l’âge de la retraite à 65 ans et s’oppose elle aussi au projet d’oléoduc sur le territoire lavallois, tant qu’on ne disposera pas d’une étude environnementale valable.

Qaunt aux sondages? «Le 19 au soir, ce ne sera pas la première fois qu’un sondage se trompe!»

Barek Kaddouri

Du côté du Bloc québécois, Barek Kaddouri prend la relève de Nicole Demers, députée de Laval de 2004 à 2011. Ce militant de longue date compte se joindre au recours collectif du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes du Canada, réclamant une consultation transparente sur l’installation des boîtes.

«Ce qu’on vit en ce moment, c’est que les responsables ne pensent pas qu’il y a un hiver ici et visent des zones présentant des menaces pour la sécurité des gens, observe-t-il. Il faut forcer Postes Canada à avoir une consultation transparente. Je veux également la même transparence sur le transport ferroviaire. L’information sur les matières dangereuses qui passent sur nos rails demeure confidentielle.»

M. Kaddouri s’opposera aussi au passage du projet de pipeline de TransCanada. «Plusieurs citoyens se sont installés à Laval pour ses rivières. C’est une priorité et pas question d’aucun compromis à l’image du NPD. On parle d’études où le BAPE n’aura pas son mot à dire.»

D’autre part, le logement social et un investissement important dans le transport en commun complètent les objectifs du candidat bloquiste, qui se dit un fervent fidèle du conseil municipal où il constate «l’effet pernicieux des coupes dans le transfert d’argent aux provinces qui entraînent des coupes jusqu’au palier municipal.»

Sinon, la formation de mathématicien de Barek Kaddouri lui dicte son approche des sondages, ne croyant pas à l’efficacité d’un exercice pancanadien en cette matière.

Eva Nassif

Représentant le Parti libéral, Eva Nassif brigue de nouveau la circonscription après sa défaite en mai 2011. Elle tient à se battre pour les familles et les gens de la classe moyenne pour les aider à se sortir de la pauvreté.

«Je veux combattre le cynisme des gens et que je comprends en restant accessible aux citoyens une fois élue, affirme-t-elle. Nos petites familles sont trop taxées et endettées. Nous voulons ramener l’âge d’adminissibilité à la retraite à 65 ans et augmenter de 10 % les revenus des gens âgés vivant seuls.»

En plus de rétablir le service de courrier à domicile, d’abaisser le prix des médicaments et d’accorder une prestation aux personnes qui prennent soin d’un proche, le Parti libéral compte taxer les plus riches de 1 % supplémentaire pour aller chercher l’argent nécessaire à son plan, notamment une allocation familiale augmentée et non imposable. La création d’emplois pour les jeunes et la construction de logements abordables préoccupent aussi beaucoup Mme Nassif, qui fait fi des sondages donnant son parti en tête, elle qui se définit d’abord comme une «femme de terrain».

«L’économie va si mal, qu’il faut investir et investir encore pour soutenir notre population», marque-t-elle.

Anthony Mavros

Ayant remporté l’investiture du Parti conservateur dans Vimy, Anthony Mavros sillonne depuis trois mois les quatre coins du comté lavallois. Il y a vu beaucoup de pauvreté.

«Le tiers des familles dépense le tiers de leur salaire pour se loger, prévient-il. Je pense aussi aux nombreuses personnes âgées, dont le taux est supérieur dans Vimy que dans le reste de Laval. Je vais faire ce qu’il faut pour améliorer leur vie.»

Pour Anthony Mavros, la priorité entre toutes s’appelle l’économie. Il se réjouit de la performance des Ccnservateurs depuis une décennie, alors que l’économie canadienne se maintient alors qu’ailleurs plusieurs pays n’ont pas cette chance.

«Avec le fractionnement du revenu, le crédit d’impôt pour l’activité physique des enfants et notre prestation parentale, nous avons déjà beaucoup fait. Et c’est sans compter le compte d’épargne libre d’impôt qui aide particulièrement les jeunes familles et les personnes âgées. Notre performance des 10 dernières années nous a permis d’éviter le pire.»

M. Mavros ne passe pas sous silence la hausse de 63 % des transferts au Québec en matière de santé depuis 10 ans.

«Les gens ont peur pour le futur, ils veulent une économie stable, dit-il. Ils veulent surtout du changement en ayant une représentation à Ottawa. C’est ce qui va arriver au Québec et à Laval!»

Brian Jenkins

Pour le nouveau venu et candidat du Parti de l’héritage chrétien du Canada, l’enjeu crucial de cette élection demeure le respect pour la vie. «Je regrette qu’il n’y a pas de discussion actuellement sur l’avortement et les droits humains, tout comme l’euthanasie, confie Brian Jenkins. Je veux que la possibilité du suicide assisté soit arrêtée tout court.»

Dans les rues de Vimy, le Montréalais s’est réjoui du caractère cosmopolite de sa population, lui qui accorde beaucoup d’importance à la famille et au mariage traditionnel.

«Quand les gens entendent le nom du parti, il y a souvent une fermeture, mais si on prend les gens de conversion musulmane, si nous commençons à échanger, on se rend compte que nous partageons des valeurs semblables de famille et d’enfants.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page