Connectez-vous à nous

L’ultime récompense pour René Boucher à l’Assemblée nationale

lidl opening times today

Communauté

L’ultime récompense pour René Boucher à l’Assemblée nationale

René Boucher est une figure bien connue à Laval pour son implication bénévole durant plus de 35 ans au Club de patinage artistique (CPA) Laval. M. Boucher recevra un honneur digne de mention, le 19 octobre, alors qu’il sera honoré par l’Assemblée nationale.

Il a été choisi comme le lauréat régional du Prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin par la Commission régionale en loisir et en sport (CRLS) de Laval. Créé en 1992, ce prix vise à mettre en valeur l’apport inestimable d’un bénévole qui s’est illustré à titre individuel dans chacune des régions administratives du Québec.

Outre sa nomination au niveau régional, le comité de sélection de la CRLS a décidé de soumettre sa candidature au palier national pour le «Prix spécial 20e édition», dont le lauréat sera connu en octobre prochain.

Retour au bercail

Pour M. Boucher, il s’agit d’un retour dans sa ville natale où il a grandi sur la rue Latourelle. «Ça me fait drôle de revenir dans ma cour, chez moi. Je rentre à la maison à l’Assemblée nationale pour recevoir ce prestigieux prix», lance avec beaucoup d’émotion celui qui a quitté Québec en 1953.

«Ça me fait chaud au cœur de recevoir pareil honneur. Sur le coup, je n’ai pas eu de réaction quand j’ai appris la nouvelle. C’est quand je me suis mis à réfléchir que les émotions ont refait surface», confie René Boucher, la larme à l’œil.

Membre du Temple de la renommée de Sports Laval, René Boucher accepte avec fierté le Prix Dollard-Morin au nom des bénévoles.

Donner sans compter

C’est sans le savoir à l’âge de 13 ans que sa carrière de bénévole a pris son envol. Il avait fait une promesse chez les scouts de la paroisse Notre-Dame-du-Chemin de Québec. «Je donnerai sans compter. Je réalise aujourd’hui que c’est cela que j’ai fait toute ma vie», raconte l’homme de 81 ans.

Il se souvient très bien de sa première action bénévole. Il avait 17 ans et il a passé la guignolée durant 3 ans. «C’était une tradition d’aider les plus démunis. Je donnais un coup de main à un de mes oncles», se souvient-il.

Bénévole dans l’âme

René Boucher donne de son temps à la communauté lavalloise depuis 1971. Il a occupé plusieurs postes administratifs au sein du CPA Laval pour ensuite en assurer la présidence, pour les saisons 1976-77 et 1977-78. Au cours de son mandat, M. Boucher a, entre autres, fait partie du comité des championnats canadiens de patinage synchronisé, pour ensuite devenir vice-président du comité organisateur. Il a également présidé les championnats provinciaux de patinage synchronisé.

Par son implication, M. Boucher a contribué à propulser le patinage artistique à un niveau supérieur en favorisant son rayonnement à travers le pays. D’ailleurs, en 1990, il a reçu le Prix commémoratif Élizabeth Swan de Patinage Canada, qui reconnait la contribution d’une personne à tous les niveaux du patinage synchronisé. Il a quitté l’organisme en 2006.

M. Boucher a débuté le bénévolat quand Paul Roy lui a demandé de s’impliquer à la Revue sur glace, spectacle de fin d’année, en 1971. «Au fil des 35 ans, j’ai fait progresser la Revue sur glace, laquelle a acquis une réputation internationale», avoue-t-il fièrement.

Cofondateur des Pirouettes de Laval avec Claudette Blais, il est fier d’avoir été associé au patinage synchronisé durant 22 ans de sa vie.

Aidé les enfants

Outre son implication dans le sport, le bénévole a donné 15 ans de son temps pour Leucan. «Le fils de mon ami Jacques Lajeunesse a eu le cancer et il m’a demandé qu’est-ce que qu’on pourrait faire. Il voulait retourner l’ascenseur. J’ai alors lancé à la Société des alcools du Québec (SAQ) une campagne de financement avec des tirelires. Nous avons amassé 1,5 M$ en 15 ans.»

M. Boucher a également organisé un souper-bénéfice au Sheraton Laval où 56 000 $ avaient été amassés. «Cela a permis d’acheter et de remettre à l’Hôpital Sainte-Justine un chromatographe, une machine pour analyser le sang. C’est sans aucun doute mon geste le plus important en tant que bénévole. Cette machine sauve des vies. Il n’y a rien de plus grand, de plus noble.»

Ce bénévole infatigable a fondé, en 2009, l’Association des résidents du Boisé Notre-Dame, où il continue d’offrir de son temps, afin que les aînés puissent profiter d’activités sociales.

«Avec le temps, je réalise que j’ai pris soin des jeunes pour leur procurer la santé et les garder en santé. Puis, je m’occupe des aînés pour qu’ils conservent la santé», termine-t-il.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page