Connectez-vous à nous

L’exploitation sexuelle des jeunes filles, par Dïana Bélice

Culture

L’exploitation sexuelle des jeunes filles, par Dïana Bélice

Dans son premier roman publié aux Éditions de Mortagne, Fille à vendre, Dïana Bélice brise le tabou de l’exploitation sexuelle des jeunes filles par les gangs de rue en racontant l’histoire fictive de Leïla, une adolescente de 15 ans recrutée par Jonathan, un beau et gentil garçon qui s’avérera tout autre, une fois la fête terminée.

Drogue, viol collectif, prostitution, cercle d’amis aux moeurs libertines, Leïla découvrira un rêve tournant au cauchemar, isolée de sa famille qui ne comprenait pas sa transformation en jeune femme autonome.

Expériences de vie

«Je veux que les jeunes filles sachent si elles ont affaire à une histoire d’amour ou une histoire d’horreur, affirme Dïana Bélice, qui travaille à la Fondation québécoise pour les jeunes contrevenants depuis janvier. Sans être un modèle type, l’histoire ressemble à ce qui est vécu par ces adolescentes.»

L’auteure de 28 ans a côtoyé de nombreuses filles n’ayant pas évité le piège de beaux discours et de grande vie qu’utilisent les recruteurs des gangs de rue pour les apprivoiser. Dïana Bélice refuse toutefois de parler de victimes.

«Je suis empathique envers ce qu’elles vivent ou ont vécu comme violence autant physiques que psychologiques, dit-elle. Mais à un moment ou un autre, bien que manipulées, elles ont toutes fait un choix conscient.»

Formation utile

Dïana Bélice détient un baccalauréat multidisciplinaire en criminologie, intervention auprès des jeunes et psychoéducation, en plus d’une majeure en psychologie. Elle a travaillé durant plus d’un an auprès de cas d’exploitation sexuelle dans une maison de jeunes de Ville Saint-Laurent.

«C’est lors d’un congé de maternité, en 2010, que j’ai écrit un livre, Sans parachute, pour ensuite l’envoyer aux maisons d’édition, raconte-t-elle. Des gens des Éditions de Mortagne m’ont proposé de m’inspirer de mon expérience de travail. Trois semaines plus tard, ils recevaient le manuscrit de Fille à vendre

Deuxième titre

Née à Rivière-des-Prairies de parents haïtiens, lectrice passionnée depuis toujours, Dïana Bélice a réalisé un grand rêve en publiant ce premier roman. Elle vient d’ailleurs de terminer son second, qui s’attarde, cette fois, à la cyberprédation.

«Je me souviens d’avoir écrit mes premières histoires de fiction quand j’avais neuf ans!», de confier celle qui a décidé d’installer sa petite famille dans Laval-Ouest il y a un an et demi. Car son fils aura bientôt de la compagnie avec la naissance prochaine d’un deuxième enfant.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page