Connectez-vous à nous

Les succès se multiplient pour Charles Pellerin

Culture

Les succès se multiplient pour Charles Pellerin

Après avoir remporté l’édition régionale de Secondaire en spectacle en 2012, Charles Pellerin a mis la main sur le titre local de Cégeps en spectacle le 22 février à la salle Claude-Potvin de l’école Curé-Antoine-Labelle.

L’été dernier, l’étudiant en Communications au Collège Montmorency a travaillé en camp de jour auprès de jeunes déficients intellectuels.

«Ce numéro est ma façon de leur rendre hommage, de leur dire que je les aime, raconte Charles Pellerin. Ce sont des personnes heureuses de vivre, qui sont toujours positives peu importe la situation. J’avais envie d’exposer leurs petits travers avec quelques anecdotes que j’ai travaillées. Je ne voulais pas juste faire rire, mais aussi faire réfléchir.»

Soirée humoristique

Le jeune homme de 18 ans a tellement impressionné que la Centrale des artistes lui a lancé une invitation pour sa soirée Rencontres humoristiques tenue le 15 mars au Patio Vidal, aux côtés de 6 autres humoristes de la relève.

«J’ai livré le même numéro en version améliorée, précise-t-il. J’avais reçu des conseils de Sébastien Hébert, un scripteur diplômé de l’École nationale de l’humour. Ç’a été une belle surprise d’avoir un auteur dont l’oeil extérieur trouve les endroits où je peux aller plus loin, au fond d’un sujet.»

Le lendemain, il a cassé du nouveau matériel au Comedy Club du cégep, aux côté de Stéphane Fallu et Phil Roy. L’événement servait à financer le voyage annuel du Mouvement d’improvisation de Montmorency (MIM).

Parcours d’humoriste

Charles Pellerin a grandi dans Auteil, fréquentant notamment l’école Le Sentier. C’est à cette époque que le préadolescent découvrira l’humour des Louis-José Houde, Jean-Marc Parent et Lise Dion lors de galas Juste pour Rire. Il donnera ses premières prestations en secondaire 3 au Collège Laval, prenant goût à l’écriture.

L’adolescent commencera aussi à s’impliquer dans les ligues scolaires d’improvisation. Ce qui lui a permis de peaufiner ses aptitudes comiques.

«J’ai eu des petits contrats pour des soirées de gala, confie celui qui entrevoit une carrière en humour. Mais faut que j’aie d’abord quelque chose à dire. Les éléments comiques viennent ensuite. Quand tu fais rire les gens, ils deviennent réceptifs et tu peux alors parler des vraies choses.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page