Connectez-vous à nous
cross-country
Coralie Bouchard qui fait partie de l’équipe de cross-country des Nomades du Collège Montmorency. (Photo gracieuseté)

Sports

Les Nomades signent des tops-20 nationaux en cross-country

Les Nomades des Montmorency ont envoyé trois de leurs représentants aux Championnats canadiens de cross-country à la suite de leur excellente saison dans les compétitions provinciales.

Il s’agit d’Ismail El Moutaouakil, de Coralie Bouchard et Laurence Beauséjour-Cantin.

El Moutaouakil avait terminé au 13e rang du classement québécois, obtenant son meilleur résultat avec une 7e place lors de la course de Saint-Lambert qui se déroulait début octobre. Lors de l’épreuve nationale, il a plutôt terminé au 19e échelon.

De son côté, Coralie Bouchard a terminé au cinquième rang au cumulatif du Réseau du sport-étudiant du Québec (RSEQ). Sa meilleure performance a été une quatrième place à la compétition de Blainville.

«J’étais très satisfaite, bien que j’aurais aimé être troisième, explique-t-elle. La fille devant moi était assez loin tard dans la course, donc c’était difficile de la rattraper.»

Sa coéquipière a quant à elle terminé 13e du classement québécois. Elles ont ensuite respectivement obtenu les 12e et 49e rangs lors des Championnats canadiens.

«J’était vraiment contente et j’ai fait un très bon temps, assure Coralie Bouchard qui a signé le meilleur résultat montmorencien de cette compétition. C’était mon meilleur temps personnel sur six kilomètres. Je ne m’attendais pas à ça, car le parcours était très dur et comptait beaucoup de côtes. Juste l’expérience avec notre gang là-bas était géniale!»

L’étudiante de première année au cégep souhaitera sans doute améliorer encore ses résultats au cours des prochaines années.

Progression

Les Nomades comptaient sur plusieurs nouveaux visages en 2021, la plupart des athlètes en étant à leur première année avec l’équipe. Ils n’ont donc pas été en mesure de se qualifier pour la compétition canadienne dans le volet par équipe, ce qui n’est que partie remise selon l’entraîneur Vincent Dentand-Allard.

«Même si nous ne nous sommes pas qualifiés en équipe, j’ai vu une belle progression chez beaucoup d’athlètes et j’étais vraiment content, précise-t-il. Plusieurs jeunes reviennent l’an prochain, donc ce sera vraiment intéressant. Nous allons être en mesure de travailler davantage sur le long terme.»

L’équipe masculine a d’ailleurs fini au cinquième rang de sa division dans le volet par équipe.

Vincent Dentand-Allard tient aussi à souligner le travail de ses athlètes qui ont fait face à plusieurs défis en 2021, dont une révision du calendrier faite tout juste avant le début de leur saison d’automne.

«C’était un peu particulier, car ça faisait en sorte que nous avions trois courses en trois semaines, puis quatre en cinq semaines pour ceux qui participaient à la course provinciale, poursuit l’entraîneur. On a pris la décision de donner un congé à certains pour arranger leur calendrier de façon optimale. […] Ils ont bien fait et, si on regarde course après course, on a vu l’évolution.»

Développement

L’une des particularités du cross-country de niveau collégial est le processus d’entraînement. Les jeunes peuvent s’entraîner avec les Nomades, tout en faisant partie d’un club civil. Ils doivent donc agencer leur horaire pour faire un minimum de séances avec leurs coéquipiers montmorenciens.

«On leur donne la liberté d’établir un plan avec leur entraîneur au civil, mais on veut qu’ils soient présents au moins une fois sur trois avec nous pour entretenir l’esprit d’équipe, note Vincent Dentand-Allard. Ça fait partie de l’expérience qu’on veut offrir.»

L’entraîneur croit d’ailleurs en deux principes fondamentaux pour la bonne tenue du programme: viser les Championnats canadiens à chaque saison, mais en s’amusant pour ne pas percevoir la course comme une tâche.

Les athlètes de Montmorency auront d’ailleurs la chance de poursuivre leur entraînement tout au long de l’hiver avec comme objectif de faire de bons résultats à des courses auxquelles ils sont inscrits au printemps. Celles-ci ne comptent pas dans le classement du RSEQ et sont offertes à toute la population, mais «elles permettent de garder les jeunes motivés en vue de la prochaine saison», conclut Dentant-Allard.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page