Connectez-vous à nous

Les fonctionnaires manifestent et les usagers ne se sentent pas défendus

Actualités

Les fonctionnaires manifestent et les usagers ne se sentent pas défendus

MOBILISATION. Alors que le ministre de la Santé et des services sociaux, Gaétan Barrette, était de passage dans la région, le 23 octobre, des membres du Front commun intersyndical (CSQ, SFPQ, APTS, CSN et FTQ) ont manifesté devant l’hôtel Sheraton Laval, où avait lieu un congrès.

Commentaires

«Après des dizaines de rencontres à chacune des tables de négociation, le gouvernement n’a pas encore démontré la moindre ouverture à revoir ses offres arrogantes, insultantes et méprisantes, explique la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain – CSN, Dominique Daigneault, par voie de communiqué. En attaquant les conditions de travail des salariés du secteur public, le gouvernement contribue malheureusement à la perte d’expertise dans nos réseaux publics et met en péril l’accessibilité à ces services pour l’ensemble de la population.»

D’après le Front commun, les actions de perturbations socio-économiques s’étant déroulées dans plusieurs régions au cours des derniers jours s’inscrivent dans un plan d’action visant à utiliser tous les moyens avant de recourir au droit de grève de 400 000 employés de la santé et des services sociaux, de l’éducation et de la fonction publique.

Des excuses

Le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) demande des excuses et une compensation financière aux instances syndicales, à la suite des perturbations au congrès de vendredi, au nom de tous les bénévoles qui travaillent gratuitement pour l’amélioration des services.

Le Regroupement souligne qu’il a toujours déclaré que la seule richesse du réseau était son personnel. Il avait aussi demandé au gouvernement d’accorder au personnel du réseau de la santé des augmentations supérieures à l’inflation et des conditions de travail améliorées.

«On constate donc que malgré notre appui à leurs revendications, les instances syndicales n’ont aucune crédibilité lorsqu’elles disent faire ces perturbations pour le bien des usagers, a laissé savoir par communiqué Pierre Blain, le directeur général du RPCU. Ils ne défendent que la paie de leurs membres.»

Usagers inquiets

Selon un sondage commandé par le RPCU, 61 % des Québécois seraient inquiets des moyens de pression dans la santé.

Le sondage indique que les aînés semblent plus préoccupés par les perturbations qui pourraient survenir dans tous les milieux du secteur public.

On apprend également que 55 % des Québécois sont inquiets des manifestations et grèves dans le milieu de l’éducation, 39 % dans la petite enfance et 31 % au sein de l’administration gouvernementale.

Les résultats ont été obtenus à l’aide d’un sondage Web réalisé par Léger du 5 au 8 octobre auprès d’un échantillon représentatif de 1013 Québécois de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais. (C.L.)

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page