Connectez-vous à nous

Les beaux livres de Patrick Coppens

Culture

Les beaux livres de Patrick Coppens

Le poète, critique, dessinateur et peintre Patrick Coppens a publié son plus récent livre en juin dernier, Je ne suis pas, où il réhabilite dans un album-hommage le nom de peintres négligés ou oubliés par l’Histoire de l’art.

Patrick Coppens a travaillé pendant dix ans au concept de ce nouvel ouvrage, où il amalgame art visuel et poésie.

«Cette fois, je voulais parler de peintres peu connus, méconnus, mais très plagiés, que ce soit Gianni Dova, Auguste Herbin ou Enrico Prampolini, confie-t-il. Je pense aussi particulièrement à certaines femmes (Greta Freist).»

L’homme salue également de ses oeuvres à l’encre pigmentée le travail de Mondrian, Miro, Picasso, Riopelle, Monet, Ingres, Klee, Kandinsky, Hans Arp, pour ne nommer que ceux-là. Le livre est publié aux éditions du Triptyque.

Autres projets

Le cofondateur de la Société littéraire de Laval, qu’il a présidée durant neuf ans, prépare actuellement trois beaux livres, dont un bestiaire et un alphabet spécial. Il avance ces projets quand il ne plante pas des concombres sur la batture et des tomates noires un peu plus loin, ou qu’il ne nourrit pas les oies au bord de «sa» rivière des Prairies, entre deux récoltes de framboises sauvages.

«Je m’occupe aussi des Mardis de Port-Royal depuis 1997, souligne-t-il, que j’ai fondés quand j’ai quitté les institutions. Tous les mardis, musiciens, peintres, danseurs, poètes, contorsionnistes se rassemblent par bouche à oreille pour fraterniser. Personne ne se prend pour un autre et la qualité d’écoute est au rendez-vous.»

Ancrage lavallois

Patrick Coppens est arrivé au Québec à l’hiver de 1968, cinq ans après sa première exposition dans une Sorbonne occupée, à Paris. En plus d’avoir publié 26 livres à ce jour, le bibliothécaire de formation en a analysé 104 000 pour les Services documentaires multimédias, dont il a pris sa retraite il y a de deux ans. La majorité des petites cartes signalétiques résumant l’ouvrage que l’on cherche dans nos bibliothèques: c’est lui!

Sa demeure du boulevard Lévesque témoigne des années d’implication et d’investissement en art. Patrick Coppens possède 8 000 livres dont il n’arrive pas à se détacher dans sa caverne d’objets hétéroclites qui racontent autant d’histoires. Des récits qu’il espère pouvoir peindre et écrire le plus longtemps possible.

«Ma mère était antiquaire passionnée de tableaux et mon père un formidable conteur!» lance-t-il en guise d’explication, en explosant d’un rire aussi candide que ses prestations dans les festivals de poésie auxquels il participe encore au Québec, en France et en Belgique.

Rappelons que Patrick Coppens a reçu en 1991 le Prix d’Excellence en création littéraire de la Ville de Laval et la Médaille spéciale d’Excellence artistique.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page