Connectez-vous à nous

Le Spectacle 50e anniversaire remplit ses promesses

Culture

Le Spectacle 50e anniversaire remplit ses promesses

ÉVÉNEMENT. Il aurait fallu le double de petits gâteaux! Ce sont plus de 10 000 personnes qui ont afflué hier soir sur la Place du 50e, aménagée derrière le cinéma Colossus, avant d’assister aux prouesses du Cirque Éloize et à une performance dynamique de l’Orchestre symphonique de Laval et de son invitée, la soprano Marie-Josée Lord.

Commentaires

Il fallait voir l’avenue Pierre-Péladeau, au Centropolis, se faire envahir par tant de gens que l’organisation a dû fermer le site. N’empêche, le public s’est massé contre la grille pour écouter la musique, avant d’assister au clou de la soirée: la dernière des représentations d’Insula, l’histoire d’une île.

Sous les cris de nombreux enfants et d’adultes impressionnés par la puissance des fontaines et la beauté des effets spéciaux, ce théâtre d’eau alternait ou mariait l’animation, les lasers et la pyrotechnie de façon spectaculaire sur un mur liquide de 200 pieds de long et 30 pieds de haut, racontant l’histoire de Laval de son origine à aujourd’hui. On y évoquait la présence amérindienne, les premiers seigneurs et premières familles, les guerres iroquoises et la rébellion des Patriotes, l’avènement des paroisses, Saint-François de Sales en tête (1702), les métiers (couturières, cageux), la traverse des Sigouin, le célèbre atelier des Écores de Louis Quévillon, l’édification des 14 municipalités et villages de l’île Jésus jusqu’à leur fusion le 6 août 1965, dont René Lévesque avait été visionnaire alors qu’il inaugurait l’hôtel de ville de Chomedey (maintenant de Laval), déclarant devant Jean-Noël Lavoie, le futur premier maire de Laval: «J’ai l’impression que les édifices que vous inaugurez aujourd’hui sont bâtis pour plus que le Chomedey d’aujourd’hui!»

Le spectacle se conclut sur «l’île verte et ouverte», dont il reste tout à construire, ainsi que le nouveau visage multiethnique du territoire. Jusqu’à hier soir, 75 000 spectateurs avaient vu Insula, l’histoire d’une île.

Laval fête

Trois heures plus tôt, ce sont six acrobates du Cirque Éloize, juchés sur les conteneurs bleus de l’entrée ou une pôle près de la scène, qui saluaient l’arrivée des citoyens et de leur maire, qui venait de rouler dans un ancien modèle d’automobile Mustang convertible pour l’occasion.

Après un petit laïus de bienvenue, la foule n’en a eu que pour sa part de gâteau, désirant mettre la main et les dents sur l’un des 5000 cupcakes ou un morceau de la pièce centrale, distribués par des conseillers municipaux munis de tabliers.

Choix judiciaux

Dès 20h, après une présence du porte-parole officiel du 50e anniversaire de Ville de Laval, l’humoriste et natif de Fabreville Philippe Bond, le maestro Alain Trudel a lancé ses musiciens en avant avec la mélodie composée par John Williams pour les films Harry Potter, enchaînant ensuite avec la Danse macabre, de Saint-Saëns et un air énergique tiré du dessin animé Fantasia.

Sous les acclamations d’un public ayant résolument l’esprit à la fête, Marie-Josée Lord a fait son apparition et interprété de brillante façon le Rusalka (chanson à la lune), de Dvořák et le touchant Hijo de la Luna, de José María Cano, avant que l’orchestre n’offre le Claire de lune, de Debussy, ainsi que des extraits de l’opéra Hansel et Gretel, d’Humperdinck et de L’Oiseau de feu, de Stravinsky.

«Maintenant, ce sera à vous de travailler un peu, mais nous vous avons trouvé un coach expérimenté», a lancé à ce moment Alain Trudel, invitant Marie-Josée Lord à revenir au micro pour chanter Laval avec le public. Le chef de l’OSL a composé la pièce pour les 50 ans de la Ville, confiant le texte à Nicolas Gilbert, le compositeur en résidence de l’orchestre.

C’est au son de la trame musicale de Star Wars que s’est terminée cette prestation riche en ovations debout.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page