Connectez-vous à nous

Laval réserve 30 M$ pour le Complexe aquatique

Actualités

Laval réserve 30 M$ pour le Complexe aquatique

La Ville a réservé 30 M$, soit 15 M$ en 2014 et autant en 2015, pour la construction du Complexe aquatique.

Ces investissements sont prévus au plan triennal d’immobilisation (PTI) 2013-2015 de Ville de Laval.

Informé à cet effet par le Courrier Laval, le président du Mouvement Aquatique de Laval (MAL), François Courtemanche, s’est réjoui que l’argent soit disponible pour le projet. «Ça vient nous sécuriser. On touche du doigt au projet. C’est une très bonne nouvelle.»

Rappelons que le maire avait indiqué, le 20 novembre dernier, que la Ville était prête à faire cavalier seul dans ce projet. Le 10 décembre, lors de son discours sur le budget 2013, M. Duplessis réitérait son intérêt en indiquant que la Ville avait les ressources financières nécessaires, tout en souhaitant que le gouvernement du Québec y participe. Serait-ce une promesse électorale comme celle que son prédécesseur Gilles Vaillancourt n’avait pas tenue? François Courtemanche ne le souhaite pas.

Une rencontre exigée

«Nous avions envoyé une lettre à l’ex-maire Vaillancourt et il a démissionné. Puis, nous avons fait de même avec le maire Duplessis. Nous voulons le rencontrer. Nous aimerions qu’il nous confirme qu’il a vraiment le désir de construire le Complexe, un projet pour l’ensemble de la communauté», ont souligné M. Courtemanche et Philippe Comtois, porte-parole du MAL.

«Le Complexe aquatique ne s’adressera pas uniquement à l’élite sportive, mais aux personnes âgées, aux familles, etc. Certains jeunes s’entraîneront à Laval et ne seront pas tentés d’aller à Montréal, Blainville ou ailleurs. Le nouveau maire doit trouver cela gênant de voir que les complexes aquatiques poussent dans la couronne nord et que Laval est un parent pauvre», a admis M. Courtemanche.

Les deux hommes se sont réjouis de l’annonce faite par le maire Alexandre Duplessis, qui avait à cœur le projet qu’il prévoyait réaliser en 2013. «Si nous attendons après les subventions des gouvernements, nous sommes cuits. Ce sont nos craintes», a poursuivi M. Courtemanche.

Parcours houleux

Selon le président du MAL, le mauvais sort semble s’acharner sur son organisme. L’ancienne ministre et responsable de la région Laval, Michelle Courchesne, et son parti en ont eu plein les bras avec le scandale des garderies et les carrés rouges. Par la suite, Mme Courchesne a décidé de se retirer de la politique. Puis, il y a eu une élection et un nouveau gouvernement.

«Rien ne s’alignait pour avoir un nouveau complexe. Nous avons souvent communiqué avec la ministre Courchesne, mais nous n’avons eu aucun retour d’appel. Les libéraux étaient tellement pris dans des scandales», a déploré M. Courtemanche.

«Un moment donné, on nous a dit que le dossier était sur le bureau de l’ancienne ministre Line Beauchamp et on connaît la suite avec les carrés rouges», a-t-il poursuivi.

Né en 1985

Pierre Comtois, le père de Philippe, avait initié un projet de Complexe aquatique en 1985. Vingt-ans plus tard, le conseil d’administration du MAL a mobilisé les gens autour du Complexe. En 2006-07, le MAL a fait des études de faisabilité. En 2009, l’organisme a présenté le dossier au comité exécutif de Ville de Laval. «En juillet 2009, la Ville a montré de l’intérêt dans le dossier en donnant son appui», a conclu M. Courtemanche.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page