Connectez-vous à nous

Laval en anecdotes, chiffres et images

Actualités

Laval en anecdotes, chiffres et images

Avec Une histoire d’appartenance, Laval, l’historien Marcel Paquette signe un septième livre sur l’histoire de sa ville, d’hier à aujourd’hui.

Commentaires

Le natif de Sainte-Rose dispose d’une collection impressionnante de 850 cartes postales, 2200 photos anciennes et d’une centaine de livres et brochures d’information sur Laval, qu’il a mis au profit de l’ouvrage largement illustré. «Nous misons sur une information précise et rapide, avec une chronologie de chacune des ex-municipalités, de leur origine (la plus vieille date de 1702) à la fondation de Laval, en 1965», explique Marcel Paquette, qui consacre l’essentiel de ses chapitres à la fondation religieuse et civile des paroisses et municipalités, la progression démographique, la vie rurale. «J’aime faire savoir ce que possédait les gens à l’époque, ce qui donne une dimension plus nuancée à la pauvreté qu’on attribue à nos ancêtres.»

Terre agricole

Publié aux éditions GID, Une histoire d’appartenance, Laval est le 10e ouvrage d’une collection historique et patrimoniale, qui a notamment consacré des volumes aux régions de Portneuf, Gaspésie et Charlevoix.

«Trouver des renseignements véridiques et vérifiables sur les petites localités (Saint-Elzéar, Îles de Laval) et la vie paysanne a été le plus grand défi pour moi», observe celui qui a beaucoup fait appel aux archives de la Bibliothèque nationale de Québec. Il a recensé plusieurs vieux numéros d’une revue, Le Mérite agricole, où figuraient les agriculteurs les plus méritants de chaque région.

Faits notables

On a cultivé le tabac dans Sainte-Rose et Saint-Martin. Qui se souvient du secteur Parc-Laval? Ou de la source d’eau minérale, exploitée en 1926 par la Laval Spring Mineral Water, fondée par un dénommé Massicotte? La Branson’s Island Tour organise d’ailleurs des circuits touristiques sur la rivière des Prairies afin de boire cette eau. Un projet domiciliaire «Plage Laval», visant les berges de Laval-Ouest, a été annoncé dans le journal La Patrie, de 1925 à 1927. Les lecteurs pouvaient avoir une terre pour y installer un chalet, s’ils déboursaient six mois d’abonnement. Une villégiature qui a perduré malgré la Grande Dépression, avec 5000 vacanciers en 1932.

Parmi les autres curiosités du livre, on peut y voir une photo de l’ancien chalet de l’île Gagnon, où s’érige aujourd’hui une propriété autrement plus imposante, n’appartenant à nulle autre que… Céline Dion.

L’ouvrage recèle ainsi d’une mine d’informations et statistiques remontant jusqu’à la concession de l’Île Jésus au Séminaire de Québec, en 1636. Un livre de référence et d’images rares pour qui s’intéresse à l’histoire de Laval, des municipalités et des gens qui l’ont forgé.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page