Connectez-vous à nous

La STL a des projets et compte sur l’aide du fédéral

lidl opening times today

Actualités

La STL a des projets et compte sur l’aide du fédéral

TRANSPORT. Lors de la sortie de son budget, en avril, le gouvernement Harper annonçait pour le transport en commun des investissements de 750 M$ sur deux ans, dès l’année 2017-2018, et de 1 milliard de dollars par année par la suite.

Commentaires

Depuis cette déclaration, la Société de transport de Laval (STL) n’a pas eu davantage de détails concernant la subvention fédérale.

«Ce sont de bonnes nouvelles, mais on se demande quel sera le pourcentage accordé à la STL», fait savoir David De Cotis, président de la STL. On aimerait prendre cet argent pour l’investir dans notre projet de bus à haut niveau de service (BHNS).»

Ce concept se caractérise notamment en un service à haute fréquence de passages, des priorités aux feux de circulation, sans oublier que les véhicules, bas et adaptés aux besoins des personnes à mobilités réduites, circulent sur une voie entièrement réservée.

«Le projet commencerait à Montréal, sur la rue Notre-Dame, explique M. De Cotis. À partir de là, il y a aurait une voie réservée jusqu’à Laval qui passerait sur le pont Pie-IX et irait vers la 440.»

Cette idée, qui doit être approuvée par plusieurs maires d’arrondissements de Montréal, se développe depuis plus de cinq ans. Le projet aurait quatre kilomètres et trois stations à Laval.

Entre 25 et 35 M$

M. De Cotis estime que le tout, seulement pour la région, pourrait s’élever entre 25 et 35 M$.

«On voudrait aussi une navette partant de Saint-François vers le terminus sur Pie-IX», indique-t-il, ajoutant que le stationnement déjà existant à l’angle de la rue Pie-IX et Saint-Martin, à deux pas du Centre de la Nature, était originalement conçu pour le projet du BHNS.

«Ce projet devait voir le jour en 2012, mais il y a toujours des délais. Alors, aujourd’hui, le stationnement est vide», rappelle-t-il.

Une condition: PPP

En octroyant ces subventions, le fédéral établit une condition: que les projets soient réalisés en grande partie par des partenariats publics privés (PPP). Il faudra donc consacrer une large marge de manœuvre au secteur privé, ce qui ne semble pas gêner l’élu municipal.

Avec ces sommes récurrentes, David de Cotis, également vice-président du comité exécutif de Ville de Laval, indique que l’administration, de concert aussi avec les deux paliers de gouvernement, a l’intention d’aller de l’avant dans le prolongement de la ligne orange du métro vers l’ouest de l’île Jésus.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page