Connectez-vous à nous

La maison de Pellan sous surveillance

Culture

La maison de Pellan sous surveillance

Depuis le décès de Madeleine Pellan, en septembre 2010, la maison qu’elle partageait avec l’artiste-peintre Alfred Pellan reste inoccupée. Depuis, le sort réservé au bâtiment préoccupe les admirateurs de l’artiste et de son oeuvre.

Rappelons que le 1er juin 2006, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) avait annoncé l’acquisition de la Maison Alfred et Madeleine Pellan, située sur le boulevard des Mille-Îles, dans Auteuil.

Lors d’une visite des lieux en novembre dernier, le Courrier Laval a constaté que la valeur artistique et patrimoniale de la résidence était intacte. Le piano à queue côtoie la célèbre bicyclette, les trois murs de pierre ont conservé leur ménagerie, entre maisonnettes et personnages. La première fresque, qui date de 1972, agrémente toujours la salle de bains.

«Nous faisons des visites régulières pour nous assurer de l’état de la maison. Il y a plein de détails laissés par M. Pellan, dont cette inscription qui témoigne que la bâtisse principale date de 1840, alors que le hangar et le garage sont de 1961», d’exprimer Daniel Morin, chef du Service de la sécurité du MNBAQ, rencontré sur les lieux.

Jusqu’à la fin

Si, à l’intérieur, l’escalier et ses contremarches ont conservé les couleurs les plus vives (bleu, jaune, orangé), les panneaux extérieurs des portes et fenêtres ont gardé tout autant leur air de vacances.

«Madeleine Pellan était très active. Je l’ai vu déployer beaucoup d’énergie pour conserver la maison et sa propriété dans un état impeccable. Je suis content de voir que l’on veuille en faire un musée», de confier Serge Robichaud, qui a été le voisin de Madeleine Pellan pendant sept ans.

Au MNBAQ

Dans l’immédiat, le MNBAQ doit attendre le règlement de la succession, fait savoir Katherine Noreau, Chef du Service des communications au Musée.

N’empêche, l’institution aura, au cours des prochains mois, «à poser une réflexion sur la Maison Pellan et à déterminer une ou des façons de mettre en valeur cette maison-atelier au caractère unique. Un plan d’action et un échéancier pourront alors être déterminés», poursuit Mme Noreau

Cependant, «les œuvres d’art qui se trouvaient dans la maison ont été retirées et transférées dans les réserves du MNBAQ, notamment afin d’assurer des conditions de conservation optimales», précise Katherine Noreau.

Notons que le Musée national des beaux-arts du Québec considère que la Maison Alfred et Madeleine Pellan demeure une oeuvre inestimable pour le patrimoine artistique québécois. Jusqu’en juin 2006, jamais le Musée national des beaux-arts du Québec n’avait acquis une maison semblable d’artiste en guise d’institution muséale, que ce soit sur l’île Jésus ou ailleurs en province.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page