Connectez-vous à nous

La durée moyenne de séjour à l’urgence est stable depuis l’an dernier

lidl opening times today

Actualités

La durée moyenne de séjour à l’urgence est stable depuis l’an dernier

SANTÉ. La durée moyenne du séjour à l’urgence à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé pour 2014-2015 est plutôt stable comparativement à la période précédente, selon le Palmarès annuel des urgences publié cette semaine dans le journal La Presse.

Commentaires

L’établissement garde donc son rang avec la note B-, tout comme en 2013-2014, derrière le Centre hospitalier Rimouski (A) et le Centre hospitalier de Trois-Rivières (B-).

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval précise que l’urgence est passée d’une moyenne de 19,8 heures d’attente à 19 heures.

«Depuis 5 ans, notre urgence a connu une augmentation significative (environ 5000 patients), indique Doris Prince, porte-parole du CISSS de Laval. Nous accueillons plus de patients, mais nous les gardons moins longtemps à l’urgence. Nous avons réduit les durées de séjour de 48 heures.»

En effet, 3,6 % des séjours sont de 48 heures et plus, une diminution de 0,9 % par rapport à la période 2013-2014.

Cela représente une bonne moyenne comparativement à six autres centres hospitaliers avec une même mission régionale affichant des pourcentages beaucoup plus grands (entre 11,1 et 17,8 %) de séjours sur une civière aux urgences avant d’obtenir un congé ou une place dans une chambre.

Plus de 79 000 patients

Au cours de l’année 2014-2015, le CISSS de Laval a reçu 79 124 personnes à l’urgence de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé, soit un peu plus que l’an dernier. De ce nombre, 27 836 personnes étaient des patients sur civières, donc des cas plus lourds.

«La situation à l’urgence de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé s’est améliorée, ajoute Mme Prince. Au niveau de la dernière année, nous avons eu une amélioration de tous les indicateurs; c’est le fruit d’efforts collectifs. Il s’agit d’un processus d’amélioration continue que nous poursuivons, autant à l’urgence que dans les services complémentaires comme la première ligne, les soins en santé mentale, le soutien à domicile, les alternatives à l’hébergement.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page