Connectez-vous à nous

La coupe Grey, Desriveaux et Boulay à Letendre

Football

La coupe Grey, Desriveaux et Boulay à Letendre

Danny Desriveaux et Étienne Boulay, des Argonauts de Toronto, étaient fiers de montrer la coupe Grey aux jeunes du Collège Letendre et de se faire photographier avec le précieux objet, le 11 février.

Chaque membre de l’équipe championne de la Ligue canadienne de football (LCF) a le privilège de présenter ce trophée dans la ville de son choix.

Desriveaux, un produit du football lavallois, a donc ramené la fameuse coupe Grey dans son patelin. Pourquoi avoir opté pour Letendre?

«Je connais bien le responsable du programme de football Sébastien Archambault, pour avoir travaillé avec lui. Ça me fait toujours plaisir de redonner aux jeunes, de montrer que tout est possible. C’était important de partager ça avec la famille, les amis et les jeunes», avoue l’ancien des Cowboys de Laval-Centre-Sud.

«En six ans dans la LCF, j’ai remporté trois championnats. J’ai eu beaucoup de chance, car des gars ayant eu des carrières plus longues n’ont jamais pu mettre la main sur une coupe Grey», raconte Danny Desriveaux.

Desriveaux et Boulay ont eu la coupe des mains de leur coéquipier Anthony Alix, de Mont-Tremblant. Après cette halte à Laval, la coupe a pris le chemin de la Cage aux sports, à Montréal.

Des privilégiés

Les jeunes joueurs de la formation de football des Empereurs ont été choyés et ils avaient les yeux brillants lorsque la coupe Grey, Desriveaux et Boulay ont fait leur entrée dans le vestiaire.

Émile Taillefer, receveur et quart-arrière, s’est dit enchanté de voir la coupe Grey de si près. «C’est un rêve pour les joueurs de football de toucher à ce trophée. Danny a été un de nos entraîneurs. Ça m’encourage de voir que des Québécois peuvent gagner la coupe Grey. Je rêve aussi de la soulever, mais avec les Alouettes de Montréal.»

Il s’agissait aussi d’une première pour le demi défensif Olivier Sévigny. «Je n’ai jamais touché à la coupe Grey, cet énorme et imposant trophée. Ça veut dire beaucoup pour le football canadien. Étienne et Danny sont des modèles. On peut se fier sur eux pour rêver à la ligue canadienne.»

De joueur à entraîneur

Après deux coupes Grey avec les Alouettes et une avec les Argonauts, Desriveaux ne reviendra pas sur sa décision d’accrocher ses crampons.

«J’ai décidé de prendre ma retraite et de relever de nouveaux défis en acceptant un poste d’entraîneur des receveurs de passe avec les Carabins de l’Université de Montréal. J’ai encore de belles années de football devant moi», souligne avec un large sourire l’athlète de 31 ans.

«Même s’il s’agissait de ma dernière coupe comme joueur, on ne sait jamais ce que l’avenir peut nous réserver. Je pourrais peut-être un jour en gagner une comme entraîneur», poursuit l’ancien porte-couleurs des Bulldogs de Laval, midget AAA.

Une 4e coupe Grey pour Boulay

Étienne Boulay aimerait bien signer un nouveau contrat et revenir dans l’uniforme bleu torontois la saison prochaine. L’heure de la retraite a-t-elle sonnée?

«J’ai recommencé à m’entraîner et je ne peux pas cacher que le feu sacré est toujours là. J’ai encore la piqûre. J’espère que d’ici quelques semaines, je pourrai annoncer mon retour ou ma retraite», admet celui qui ne détesterait pas faire carrière à la télévision après le football.

«Contrairement à Danny, le coaching ne m’intéresse pas», termine Étienne Boulay.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Football

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page