Connectez-vous à nous

Johanne Dion signe un roman jeunesse sur la cyberintimidation

Culture

Johanne Dion signe un roman jeunesse sur la cyberintimidation

Dans le troisième livre de sa série Treize, intitulé Seul dans la tourmente, Johanne Dion poursuit son écriture de suspens pour adolescents en s’intéressant cette fois aux dommages que peuvent causer la cyberintimidation.

«Les relations entre les jeunes d’aujourd’hui sont intensifiées par la rapidité des communications, soutient l’auteure de Sainte-Dorothée. Le mariage médias sociaux, adolescents et bouillonnement d’hormones donne des situations explosives!»

De populaire à pourchassé

Nathanaël tient la vedette de Seul dans la tourmente, lui qui était du titre précédent, Terreur à la polyvalente. C’est que les parents de l’adolescent l’ont inscrit dans une école privée, à l’extérieur de Sainte-Dominique. Bien qu’il ait d’abord détesté son collège, sa popularité a vite grimpé en flèche parmi les filles, alors qu’il s’est retrouvé dans un groupe populaire de jeunes.

Pourtant, dès la première page du roman, les lecteurs retrouvent un Nathanaël fuyant on ne sait qui, on ne sait quoi, pendant que la tempête fait rage autant à l’extérieur qu’à l’intérieur de lui-même. Malgré un début prometteur, il semble que l’année scolaire de Nathanaël ne soit plus si rose.

Raconter les jeunes

«Je ne voulais pas raconter l’histoire d’un prédateur et d’une victime. J’ai plutôt choisi de montrer comment un garçon ordinaire et les autres jeunes vivent l’amitié, l’amour, la jalousie, le mensonge, indique la mère de trois garçons, âgés entre 15 et 21 ans. Tout le monde a sa part dans ce drame.»

Johanne Dion conserve le ton d’intrigue et le climat fantastique qui font l’originalité de Treize. Avec Seul dans la tourmente, le lectorat est invité à reconstituer l’automne dramatique vécu par certains élèves d’un collège.

En cours de création

Sinon, l’écrivaine travaille à un autre titre jeunesse, toujours pour les Éditions Hurtubise. Elle a imaginé un autre groupe de jeunes appelé à mener une enquête dans une résidence pour personnes âgées.

«C’est un scénario de roman policier plus classique où se trouve beaucoup d’indices et de suspects», de préciser Johanne Dion.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page