Connectez-vous à nous

Jean Gauthier a joué un rôle de courroie de transmission

Actualités

Jean Gauthier a joué un rôle de courroie de transmission

Le notaire Jean Gauthier a banalisé son rôle, reconnaissant avoir été une simple courroie de transmission entre les bureaux d’ingénieurs et le parti du PRO des Lavallois de Gilles Vaillancourt lors de son témoignage devant la commission Charbonneau, le 17 juin.

Me Gauthier a admis avoir récolté de l’argent comptant auprès des firmes de génie-conseil pour le parti PRO des Lavallois, de 2000 à 2006. Il a confirmé que les firmes de génie ont commencé à venir lui porter de l’argent à son bureau à la demande de Gilles Vaillancourt. «Je n’ai jamais été récupérer d’argent. M. Vaillancourt ne m’a jamais demandé de collecter de l’argent comptant», a dit celui qui a été arrêté lors de l’opération Honorer, le 9 mai.

Il a cessé de transmettre des fonds illégaux après avoir entendu l’ancien ministre libéral Marc-Yvan Côté à la commission Gomery, en 2005. «L’ex-ministre Côté avait dit que c’était une erreur. Je me suis passé la réflexion que c’est exactement ce que je faisais», a-t-il reconnu.

Des ingénieurs ont affirmé que l’homme agissait comme collecteur de la ristourne sur leurs contrats municipaux. L’ex-agent officiel du PRO des Lavallois et le responsable de la caisse occulte du parti, Me Jean Bertrand, avait décrit Me Gauthier comme celui ayant la main sur la caisse occulte du parti. Toutefois, Me Gauthier s’est défendu de cette allégation.

Ténor?

Me Gauthier a tenté de réduire son rôle au sein du PRO, niant avoir été une éminence grise ou un ténor pour ce parti, à la suggestion du procureur chef adjoint de la commission, Me Denis Gallant.

«Je n’étais pas le ténor ni l’éminence grise de ce système. La seule éminence grise c’était Gilles Vaillancourt», a-t-il affirmé avec conviction.

S’il ne veut pas porter le surnom de ténor, il a reconnu avoir été présent à tous les congrès du parti et s’être occupé de la vente de billets pour les cocktails de financement du PRO jusqu’en1997.

Le notaire Gauthier a aussi indiqué qu’il n’était pas un proche de l’ex-maire Gilles Vaillancourt, contrairement à Jean Bertrand.

«Je n’ai jamais été ami avec M. Vaillancourt. Je ne le fréquentais pas au plan personnel. Je me suis rendu deux fois à son bureau et ce n’était pas pour des motifs politiques. Je suis allé au domicile de M. Vaillancourt à une occasion avec mon épouse pour un souper où y avait d’autre monde.»

Après avoir cessé son rôle de collecteur de fonds occultes, Me Gauthier a continué de fréquenter son ami Me Bertrand, qui lui a confié ses déboires avec le scandale en 2010 du remboursement des budgets de recherche et de secrétariat.

Les deux hommes se sont aussi parlé lorsque les bureaux du PRO et la résidence de Me Bertrand ont été perquisitionnés par l’UPAC. Il a aussi reconnu l’avoir rencontré en décembre dernier.

L’ex-notaire décrit Me Bertrand comme la seule personne au PRO avec qui il entretenait des liens. «Les seules informations que j’avais, au meilleur de ma connaissance, venaient de JeanBertrand.»

Des écoutes électroniques

Durant le contre-interrogatoire, le procureur de la Commission, Me Denis Gallant, a fait entendre quelques conversations téléphoniques, enregistrées par l’UPAC.

Dans un appel entre Me Bertrand et Me Gauthier, on apprend que Mélanie Gauthier, une employée de la Ville, aurait informé son père de la perquisition à l’hôtel de ville, le 4 octobre.

Dans un autre extrait, Me Gauthier et sa fille ont parlé d’un délateur, sans toutefois le nommer.

Une différente conversation aurait aussi aidé à la mémoire de Jean Gauthier, que ne se souvenait pas d’avoir obtenu de l’information de Jean-Marcel Perreault, un haut fonctionnaire de la Ville.

Finalement, on apprenait également qu’il avait tenté de soutirer des renseignements de la part Benoit Fradet, Pierre Desjardins et Pierre Lafleur par l’entremise de Me Bertrand.

Opposé au système de prête-noms

Me Gauthier s’est opposé vigoureusement au stratagème de prête-noms pour les conseillers municipaux. «J’ai toujours dit à Jean Bertrand d’oublier les échevins.»

Il a aussi ajouté avoir souligné à Me Bertrand qu’il y avait «trop d’argent» au PRO desLavallois.

Son prédécesseur

Enfin, Me Gauthier a admis avoir fait des affaires avec Jean-Louis Le Saux pour des ventes de terrains. «M. Le Saux était collecteur du PRO des Lavallois. Il a récolté l’argent des firmes de génie-conseil jusqu’en 2000. Il était l’argentier, sans avoir de rôle d’agent officiel au parti.»

Dernière semaine

La commission Charbonneau amorce sa dernière semaine de ses travaux avant le congé estival. Celle-ci reprendra ses activités en septembre prochain.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page