Connectez-vous à nous

Intensité au rendez-vous avec Bobby Bazini

Culture

Intensité au rendez-vous avec Bobby Bazini

MUSIQUE. La voix puissante de Bobby Bazini a résonné aux quatre coins de la salle André-Mathieu, le 10 avril, dans le cadre de sa tournée Summer is gone, inspirée de son troisième album.

Commentaires

Sa timidité attachante a permis à plusieurs de le découvrir avec des compositions efficaces. Quelque 800 personnes s’étaient donné rendez-vous pour entendre ses pièces.

Le jeune auteur-compositeur-interprète a proposé un spectacle issu d’un mélange de nouveautés et de titres moins récents.

IBobby Bazini est apparu sur scène à 20h50 sous les applaudissements nourris du public. L’artiste n’a pas perdu de temps. Il a pris sa guitare, puis en moins de deux, sa voix puissante a résonné dans l’amphithéâtre. 

Il a amorcé la soirée avec Blood’s Thicker Than Water, premier titre de son troisième opus, sorti en novembre dernier. Il a poursuivi avec Strangers, Oh Katy et Better In Time, avant qu’il ne s’adresse à la foule une première fois. 

Timidité

De son propre aveu, parler au public demeure un exercice ardu pour l’artiste. Qu’importe, il s’exprime de façon admirable en musique et en chanson. Il a surmonté sa timidité en prenant quelques minutes pour parler de sa collaboration d’écriture avec Chris Stapleton, artiste country de l’heure. «Lui aussi ne parlait pas beaucoup, c’était parfait pour moi», a-t-il raconté sous les rires des spectateurs.

On aurait pu entendre une mouche voler quand il a interprété seul au micro et à la guitare une des deux chansons qu’il a composées avec lui, One Last Time.

Amoureux de la guitare

Durant toute la soirée, il a alterné entre la guitare acoustique, la guitare électrique et le clavier. Seul avec sa guitare acoustique, il a proposé un medley de quelques pièces de son premier album.

La soirée s’est terminée avec son dernier succès radio C’est la vie!, durant laquelle les gens étaient debout et tapaient des mains. Bref, la voix de Bobby Bazini a rempli tout l’espace, appuyée par celles de deux choristes et quatre musiciens durant tout le spectacle. 

Sa timidité attachante a permis à plusieurs de le découvrir avec des compositions efficaces. Quelque 800 personnes s’étaient donné rendez-vous pour entendre ses pièces.

Le jeune auteur-compositeur-interprète a proposé un spectacle issu d’un mélange de nouveautés et de titres moins récents.

IBobby Bazini est apparu sur scène à 20h50 sous les applaudissements nourris du public. L’artiste n’a pas perdu de temps. Il a pris sa guitare, puis en moins de deux, sa voix puissante a résonné dans l’amphithéâtre. 

Il a amorcé la soirée avec Blood’s Thicker Than Water, premier titre de son troisième opus, sorti en novembre dernier. Il a poursuivi avec Strangers, Oh Katy et Better In Time, avant qu’il ne s’adresse à la foule une première fois. 

Timidité

De son propre aveu, parler au public demeure un exercice ardu pour l’artiste. Qu’importe, il s’exprime de façon admirable en musique et en chanson. Il a surmonté sa timidité en prenant quelques minutes pour parler de sa collaboration d’écriture avec Chris Stapleton, artiste country de l’heure. «Lui aussi ne parlait pas beaucoup, c’était parfait pour moi», a-t-il raconté sous les rires des spectateurs.

On aurait pu entendre une mouche voler quand il a interprété seul au micro et à la guitare une des deux chansons qu’il a composées avec lui, One Last Time.

Amoureux de la guitare

Durant toute la soirée, il a alterné entre la guitare acoustique, la guitare électrique et le clavier. Seul avec sa guitare acoustique, il a proposé un medley de quelques pièces de son premier album.

La soirée s’est terminée avec son dernier succès radio C’est la vie!, durant laquelle les gens étaient debout et tapaient des mains. Bref, la voix de Bobby Bazini a rempli tout l’espace, appuyée par celles de deux choristes et quatre musiciens durant tout le spectacle. 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page