Connectez-vous à nous

Hockey Laval congédie les entraîneurs des Sénateurs pee-wee AA

Hockey

Hockey Laval congédie les entraîneurs des Sénateurs pee-wee AA

Après avoir étudié les plaintes à l’endroit de l’entraîneur des Sénateurs de Laval, pee-wee AA, Dave Kelly, Hockey région Laval a décidé de congédier le groupe d’entraîneurs, le 6 février dernier.

Le président de Hockey région Laval, Michel Demers, a décidé de poser ce geste pour le bien des jeunes hockeyeurs.

«Avec les éléments déposés, il était préférable d’apporter ce changement pour le bien de tous. La communication entre les parents et les enfants était très difficile», a-t-il indiqué.

«Quand un deuxième jeune lâche le hockey, il faut que tu poses certaines questions. Il fallait réagir, car il restait encore une dizaine de parties (calendrier régulier, séries et régionaux)», a-t-il poursuivi.

Mea culpa

Demers a reconnu qu’Hockey région Laval s’était trompé en embauchant Dave Kelly. «Faire un changement d’entraîneur n’est jamais facile. C’est difficile d’admettre ses torts. Quand nous l’avons embauché, nous pensions qu’il serait l’homme de la situation.»

De nouveaux entraîneurs

Danny Leblond, Frédéric Desbiens (ancien entraîneur midget AAA des défunts Régents de Laval-Laurentides-Lanaudière), Jonathan Lévis et Richard Roberge ont pris la relève derrière le banc des Sénateurs. Ils étaient d’ailleurs d’office le mardi 8 février, à l’aréna Laval-Ouest.

«Nous avons un groupe d’entraîneurs de qualité. En espérant que nous allons bien terminer l’année», a conclu Michel Demers.

On sonne la cloche

Réjean Rivard, père du gardien, est le grand responsable de ce changement. Il a décidé d’écrire une lettre de plainte à Hockey Québec et Hockey région Laval, le 3 février dernier.

Trois jours plus tard, il a rencontré les bonzes de Hockey région Laval, afin d’expliquer les agissements de l’entraîneur.

«Plusieurs incidents ont perturbé la saison de ces jeunes hockeyeurs pee-wee. Un joueur a quitté l’équipe en décembre, car il craignait l’entraîneur. Un autre voulait quitter, s’il n’y avait pas de changement», a admis M. Rivard.

«Il exerce une pression et une manipulation malsaine depuis le début de la saison. Mon fils est victime de propos visant à ébranler sa confiance match après match», a-t-il ajouté.

Dès septembre, M. Rivard a révélé les agissements auprès des instances de Hockey région Laval, en l’occurrence Vincent Guida. «Certains parents voulaient discuter des malaises déjà très présents avec l’entraîneur (au niveau technique et relationnel). Certains jeunes se plaignaient du climat de «terreur» qui régnait dans la chambre», a-t-il admis.

Pratiques douteuses

Au mois d’octobre, l’entraîneur demande à ses joueurs de l’évaluer secrètement sur une note de cinq. Par la suite, Kelly demande à ceux qui lui ont donné moins de deux de le rencontrer individuellement.

«Un coach qui touche physiquement un enfant est «condamnable» rapidement et c’est parfait ainsi. Mais, lorsqu’un entraîneur touche psychologiquement un enfant de 12 ans, jusqu’où doit-on aller pour faire cesser ces comportements? Comme l’a dit Michel Demers, les parents dans le AA ont tellement peur que leurs jeunes subissent des conséquences de ne pas voir de glace qu’ils préfèrent garder le silence», a terminé Réjean Rivard.

Le Courrier Laval a tenté de joindre Dave Kelly, Toutefois, ce dernier n’a pas retourné nos appels.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Hockey

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page