Connectez-vous à nous

Francine Gauthier conclut sa trilogie «Rêve Marie»

Culture

Francine Gauthier conclut sa trilogie «Rêve Marie»

Avec Le choc des esprits, Francine Gauthier apporte le point final au premier cycle de Rêve Marie, une série où les forces du Bien et l’empire du Mal s’affrontent autour d’une messagère des ombres bien vivante.

Dans le premier tome intitulé La messagère des ombres, publié en mars 2009 aux éditions de Mortagne, Rosemarie apprend qu’elle a hérité d’un don, celui de voir et de discuter avec les morts errant encore sur Terre.

Si elle apprend à vivre avec cette découverte dans Le choc des esprits, deuxième livre de la trilogie, Rosemarie devra affronter des jumelles maléfiques pour sauver Kayliah, la fille de son amoureux irlandais, pour clore le tout.

«Malgré les couvertures qui suggèrent l’épouvante, il y a de nombreuses situations cocasses dans mes récits, confie Francine Gauthier. Cette touche d’humour sert à dédramatiser le surnaturel et le suspens présents dans Rêve Marie

Souvenirs d’enfance

C’est dans ses étés passés au camping de son grand-père, à Saint-Louis-de-France, près de Trois-Rivières, que l’écrivaine a puisé son inspiration. Cet aïeul adorait raconter des histoires de peur à ses petits-enfants.

«C’était la liberté et le sable blanc qui nous permettaient, à mon frère et moi, de nous évader du béton de Rosemont, se souvient Francine Gauthier. Le camping était entouré d’une forêt. Je voyais des lutins, des farfadets et des fées partout!»

La famille

Les liens familiaux sont d’ailleurs d’une première importance dans les romans de l’auteure lavalloise, qui reste fascinée par le passage de l’adolescence à l’âge adulte. C’est une cousine décédée qui mettra Rosemarie sur la trace de son étrange don. Une adolescente en fera aussi voir de toutes les couleurs plus l’action avancera.

«Ça n’a pas toujours été facile à la maison, mais l’écriture est toujours thérapeutique quelque part, n’est-ce pas?», observe en souriant la mère de deux enfants, un fils de 28 ans et une fille de 32 ans.

Lavalloise de coeur

Originaire de Trois-Rivières, ayant grandi à Montréal, Francine Gauthier habite Sainte-Rose depuis 28 ans, après deux ans passés dans Vimont.

«J’ai marié un Lavallois et c’est difficile de sortir un gars de Laval de sa ville, raconte Francine Gauthier. Je suis très attachée à Sainte-Rose, la rivière, le calme, les restaurants, l’aspect de village.»

Admiratrice de la plume des Edgar Allen Poe, Monique Proulx, Jacques Ferron et Réjean Ducharme, l’auteure de 57 ans, travaille actuellement sur trois projets distincts, un récit contemporain sur les femmes de sa génération, dont le titre Surtout ne m’appelez pas matante indique le ton, un polar très noir se déroulant entre le Québec et le Vermont et impliquant des jumelles, ainsi qu’une suite dérivée de Rêve Marie, autour d’un personnage secondaire de la trilogie et de l’Apocalypse.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page