Connectez-vous à nous
pompiers
(Photo gracieuseté - Service de sécurité incendie de Laval)

Faits divers

Entraide aux pompiers de Terrebonne

Un texte de Corinne Laberge

À l’instar de plusieurs villes et municipalités, le Service de sécurité incendie de Laval a prêté main forte à Terrebonne pour combattre l’imposant et violent brasier qui a détruit le bâtiment historique de l’ancienne usine Moody, dans la nuit du 23 au 24 août. Une enquête policière se déroule pour faire la lumière sur cet événement majeur considéré comme suspect.  

«Un incendie de grande envergure sur la rue Saint-Louis à Terrebonne, a commenté mardi en matinée le chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Laval, Vincent Mercier. Un bâtiment patrimonial est en feu et on s’affaire au combat depuis les environs de minuit.»

feu 3 (1)
feu 2 (1)
feu1 (1)

(Photos gracieusetés – Service de sécurité incendie de Laval)

Les pompiers étaient alors toujours à pied d’œuvre pour tenter de maîtriser l’incendie déclaré vers 22h45 la veille, le lundi 23 août.

«Ce qui a nécessité une entraide générale de dix services d’incendie de toutes les villes avoisinantes, dont Bainville, Sainte-Anne-des-Plaines, Bois-des-Filion, Repentigny et Saint-Eustache, a précisé M. Mercier. On a un camion mobilisé avec une échelle et un chef aux opérations, puis on fait une rotation de personnel pour amener des forces fraîches.»

Le déploiement d’autant d’équipes témoigne de l’ampleur du brasier. Pour le chef Mercier, il s’agit d’une première. «Je n’ai jamais vu ça de ma vie. Et la dernière fois que le Service d’incendie de Laval est allé à Terrebonne, ça fait 21 ans.»

Bien que l’immeuble fût utilisé pour des tournages et des séances photo, il était heureusement vacant. Aucun blessé n’a été rapporté. Un important périmètre de sécurité a été installé et des résidents de la rue Saint-Louis ont par ailleurs été brièvement évacués par prévention.

La cause de cet incendie ravageur n’est à ce jour pas établie. Le Service de police de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion a été saisi de l’enquête en raison de la présence d’éléments de nature suspecte sur les lieux.

Construit en 1892, ce bâtiment industriel d’une superficie de 85 000 pieds carrés abritait originellement une manufacture de machinerie agricole.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page