Connectez-vous à nous

«Détourner l’attention» en parlant de l’abolition des élections scolaires

lidl opening times today

Actualités

«Détourner l’attention» en parlant de l’abolition des élections scolaires

GOUVERNANCE. Devant les membres de la Fédération des commissions scolaires réunis en congrès, le 29 mai, le ministre de l’Éducation, François Blais, a prononcé un discours dans lequel il a réitéré ses intentions d’abolir les élections scolaires, de réformer l’organisation des commissions scolaires et d’apporter des changements à la taxation.

Commentaires

Louise Lortie, présidente de la Commission scolaire de Laval (CSDL), retient de ce discours une «excellente stratégie» de la part du ministre pour détourner l’attention des médias et du public.

«Pendant qu’on parle de ce débat-là, on ne lui pose pas de questions sur les coupes budgétaires», estime-t-elle.

La présidente note l’inaccessibilité du ministre Blais, en fonction depuis février, lorsque vient le temps de communiquer avec lui.

«On n’est pas capables de lui parler, lance-t-elle. C’est la même chose pour les autres présidents, c’est toujours référé aux attachés qui nous rappellent.»

Le milieu scolaire ne serait jamais consulté sur les décisions que prend le ministre.

«Il nous a dit “il va falloir travailler ensemble pour trouver d’autres moyens”, rapporte la présidente. On veut bien travailler avec lui, mais il ne nous consulte sur rien. Il sait qu’il veut nous abolir, mais ne sait pas ce qu’il veut mettre en place.»

Un intermédiaire

Louise Lortie compte passer par Guy Ouellette, député de Chomedey, présent au congrès, pour entrer en contact avec son collègue ministre.

«Je lui ai dit qu’il fallait qu’il m’organise une rencontre avec M. Blais pour que je puisse lui exprimer ce qu’on vit avec les coupes, laisse savoir la présidente. Il m’a répondu qu’il allait m’arranger cela.»

Elle insiste en disant qu’elle croit «profondément» aux élus de son palier de gouvernance, ayant appris la démocratie scolaire de sa prédécesseure, Francine Charbonneau, actuellement ministre responsable de la région de Laval.

«C’est vrai que la population n’est pas allée voter, mais je suis tout de même redevable à elle», reconnaît-elle.

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page