Connectez-vous à nous

Des questions qui font mouche au débat électoral de Montmorency

Actualités

Des questions qui font mouche au débat électoral de Montmorency

SOCIÉTÉ. Niqab, pipeline d’Énergie Est, souveraineté du Québec, vote proportionnel, situation des femmes autochtones, les étudiants défilant aux deux micros installés à l’arrière de la Salle André-Mathieu ont poussé les candidats à se commettre sur ces questions.

Commentaires

On pouvait entendre une mouche voler quand l’un d’eux s’est adressé directement à Jonathan Lefebvre, du Parti conservateur: «Ce sont 1200 femmes autochtones qui sont disparues ou ont été assassinées, attendez-vous qu’il y en aient 2000 pour commencer une commission d’enquête?»

Le candidat dans Repentigny a reconnu l’étendue du drame et affirmé que le gouvernement Harper avait fait appel à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour enquêter et résoudre le dossier.

«C’est un devoir humain d’aller au fond de cette histoire-là et de lever le voile sur un problème social important, a répliqué Patrice Jasmin-Tremblay, du Bloc québécois. Une Commission royale d’enquête permettrait possiblement de régler cette question.»

Rosane Doré Lefebvre a rappelé que l’organisme international Human Rights Watch et Louise Arbour, ancienne Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, ont demandé au gouvernement conservateur d’agir en ce sens.

Niqab et oléoduc

Personne ne s’est défilé quand l’enjeu du niqab a été abordé, chaque candidat reprenant la position de son parti. Le NPD croit qu’une personne doit voter, prendre l’avion et porter le serment de citoyenneté après avoir montré son identité à visage découvert. Le BQ reprend la position unanime de l’Assemblée nationale du Québec, réaffirmant que les services publics nécessitent un visage découvert. Le PC affirme se faire le protecteur des valeurs canadiennes, tenant à ce que la citoyenneté soit proclamée sans dissimuler son visage.

Concernant le passage possible d’un pipeline de Transcanada, Patrice Jasmin-Tremblay a visé la position du NPD, prévenant qu’il fallait protéger les lacs et rivières du Québec, sans oublier que l’oléoduc demeurait «une mauvaise solution à un problème qui n’est pas le nôtre, soit la décision de l’Alberta de développer une industrie pétrolière sans vouloir en raffiner la production chez elle.»

Rosane Doré Lefebvre a répondu aux attaques de son adversaire en précisant que le NPD croyait le projet impossible à réaliser tel que présenté en ce moment et qu’une étude sérieuse de ses impacts était nécessaire.

Souveraineté et vote proportionnel

Si le discours souverainiste, jugé dépassé par Stephen Harper, ne laissait aucun doute sur les positions campées de chacun, «Il y a des priorités plus urgentes que ces propos passé date», dixit Jonathan Lefebvre, la possibilité future d’une élection au vote proportionnel a permis d’intéressants échanges.

Patrice Jasmin-Tremblay croit que le modèle australien, au vote alternatif (ou préférentiel), serait le mieux adapté à la tradition britannique du bipartisme (alternance entre deux partis), Rosane Doré Lefebvre a invité l’auditoire à consulter la Déclaration de Sherbrooke, adoptée par le NPD en faveur d’un scrutin proportionnel.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page