Connectez-vous à nous

Des Loups de Curé-Antoine-Labelle à la NFL

lidl opening times today

Football

Des Loups de Curé-Antoine-Labelle à la NFL

L’ancien porteur de ballon étoile des Loups de Curé-Antoine-Labelle, Carl-Olivier Prime, n’a pas emprunté le parcours habituel des Québécois qui évoluent au football scolaire.

Après son passage au secondaire, où il conserve d’excellents souvenirs de la conquête du Bol d’Or en 2006, il a pris le chemin des États-Unis. Il y a évolué avec les Lions de Kent, un «prep school» du Connecticut.

«Je ne voulais pas aller aux États-Unis. Je pensais jouer avec mes amis et joindre les rangs des Spartiates du Vieux-Montréal ou des Cheetahs de Vanier au niveau collégial AAA», souligne le colosse.

«Avec ma famille, j’ai décidé de rencontrer les membres de la formation de Kent. Quand j’ai vu qu’ils m’offraient une bourse complète de plusieurs milliers de dollars, je me suis dit qu’ils ont peut-être vu quelque chose en moi. J’ai finalement accepté leur offre en me disant que si ça ne fonctionnait pas, je pourrais revenir à Laval», poursuit-il.

Fâcheuse blessure

Carl-Olivier a connu des débuts difficiles avec Kent. D’abord, les entraîneurs l’ont utilisé comme joueur de ligne offensive, alors qu’il a joué la majorité de son football comme porteur de ballon.

À sa deuxième et dernière campagne avec les Lions, il a retrouvé son poste et a brillé comme porteur de ballon. Toutefois, il a subi une grave blessure à la jambe.

«Cette blessure a gâché ma saison et m’a empêché d’être recruté par des équipes universitaires américaines de la division 1 A. De bonnes écoles et bons programmes de football, comme les Huskies de l’Université du Connecticut, m’avaient approché. Ma blessure a changé mes plans», souligne-t-il.

Quatre ans à Wagner

Il a donc décidé de cogner à la porte des Seahawks de l’Université Wagner, à New York, où les entraîneurs l’ont transformé en secondeur.

«J’étais frustré au début et j’ai même pensé retourner à Laval. Nous avions la pire défensive à ma première saison. Ce fut difficile à accepter. J’ai décidé de rester, car je suis tombé en amour avec ma nouvelle position», raconte celui qui a gagné le championnat de la conférence nord-est à sa dernière campagne avec les Seahawks.

Melsbach avait vu juste

L’ancien coordonnateur défensif des Loups Nicolas Melsbach lui répétait à chaque année qu’il évoluerait un jour comme secondeur.

«Je ne l’avais pas cru. Mon esprit est devenu défensif. La position de secondeur va mieux avec ma personnalité», stipule l’athlète de 6 pieds et 1 pouce, pesant 255 livres.

«Je conserve de très bons souvenirs de mon passage avec les Loups avec l’entraîneur Martin Sénéchal. C’est là que tout a commencé. J’ai appris l’éthique de travail à un jeune âge», conclut-il.

Un autre texte à lire: Carl-Olivier Prime signe avec les Colts d’Indianapolis.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Football

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page