Connectez-vous à nous

Dans l’autobus du Bloc québécois de passage à Laval

Actualités

Dans l’autobus du Bloc québécois de passage à Laval

POLITIQUE. De passage lundi à Fabreville pour un dîner avec une cinquantaine de militants dans un restaurant, Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, a accordé une entrevue en exclusivité au Courrier Laval dans son autobus de campagne.

Commentaires

Bien que son parti ait récolté des gains significatifs ces derniers jours dans les sondages, M. Duceppe n’a pas voulu commenter en quoi cela aurait pu être attribuable.

«Je ne commente pas les sondages, même quand ils sont bons, a-t-il lancé. On est partis le vent dans la face, mais je vois qu’il a tourné et il est maintenant dans notre dos. On est les meilleurs défenseurs des Québécois. Le parti qui a fait le plus de gains significatifs, c’est le nôtre. Le NPD est très silencieux sur les intérêts du Québec. Les Québécois se rendent compte que Thomas ne dit pas la même chose que Tom.»

À 15 jours du scrutin, il est confiant d’obtenir des sièges à Laval, comme par le passé. «Mais on ne tient rien pour acquis», indique-t-il avec humilité.

Traité international

L’agenda du chef, en cette journée, était principalement axé sur l’entente de principe conclue entre le Canada et 11 autres pays concernant l’accord du Partenariat transpacifique (PTP). Il a signifié sa déception et réitéré son opposition en exigeant le maintien du système de la gestion de l’offre.

«Il est signé aujourd’hui, mais ça ne veut pas dire qu’il est ratifié demain matin, nuance Gilles Duceppe, attendant d’obtenir des précisions sur des éléments de l’accord. On veut qu’il y ait une réelle compensation pour les fermiers. On a toujours eu comme position d’être favorables aux ententes de libre-échange, mais pas à n’importe quel prix.»

Un peu plus tard après l’entretien, Gilles Duceppe allait échanger sur l’oléoduc 9B de la compagnie Enbridge avec le maire Marc Demers.

Il voulait le questionner sur le fait qu’il ait donné son aval, en solidarité avec la décision de la Communauté métropolitaine de Montréal, à l’inversion du flux, alors que le premier magistrat s’oppose farouchement au projet Énergie Est de TransCanada.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page