Connectez-vous à nous

Bruyant mécontentement dans les rues

lidl opening times today

Actualités

Bruyant mécontentement dans les rues

FÊTE DES TRAVAILLEURS. Des milliers de personnes sont sorties dans les rues pour dénoncer les mesures d’austérité du gouvernement et revendiquer une gestion «plus juste et équitable» des finances publiques.

Commentaires

Dans le cadre de la Journée internationale des travailleurs, le 1er mai, des manifestations et rassemblements ont été organisés aux quatre coins de la région lavalloise, tout comme partout dans la province.

Tôt le matin, à l’heure de pointe, la Coalition lavalloise contre l’austérité avait installé des bannières sur les principaux ponts et viaducs de la région, sur lesquelles on pouvait y lire «Laval unie contre l’austérité».

À partir de midi, l’angle des boulevards Saint-Martin et des Laurentides était occupé par des centaines de personnes, toujours à l’invitation de la Coalition. De la musique jouée par une troupe de percussionnistes et des discours ont ponctué le moment.

Vers 13h, les manifestants ont entamé une marche dans les rues des quartiers Chomedey et Pont-Viau. Une trentaine d’organisations provenant des milieux communautaire, syndical, féministe et de la santé avaient rallié les citoyens à prendre part à l’événement.

Selon plusieurs témoignages, une grande majorité d’organismes vivent, d’une manière ou d’une autre, les impacts directs des politiques libérales au sein de leur travail.

Ils tentent tant bien de que mal de trouver des ressources pour continuer à donner leurs services, et ce, parfois même lorsque des postes sont abolis dans leur secteur par manque de financement.

La journée d’actions s’est terminée tout en musique et en humour au Centre de Congrès Palace avec le groupe Loco Locass et un «gala de lutte à l’austérité».

Milieu scolaire

Enseignants et employés des établissements scolaires sont également sortis pour faire du piquetage contre les compressions budgétaires en éducation, dont les 8 M$ retranchés pour l’année scolaire prochaine qui s’ajoutent aux autres des années précédentes.

Devant leurs lieux de travail ou l’édifice de la Commission scolaire de Laval, plusieurs centaines d’employés de différentes branches syndicales manifestaient bruyamment pour dénoncer les impacts désormais inévitables que ces compressions ont sur leurs conditions de travail et l’apprentissage des élèves.

Travailleurs de l’État

Quelque 160 professionnels de la fonction publique provenant, entre autres, de l’Agence du revenu du Québec, la Société de l’assurance automobile du Québec, la Sécurité publique du Québec et le Collège Montmorency, se sont aussi rassemblés devant le bureau de Saul Polo, député libéral de Laval-des-Rapides.

Une lettre lui a ensuite été remise, afin d’exiger «une libre négociation» pour le renouvellement de leur convention collective.

Les membres, qui précisent ne faire que des actions légales, ne s’opposent pas aux politiques de restrictions budgétaires du gouvernement. Ils demandent plutôt que ne soient pas invoqué une loi spéciale ou un décret qui pourrait interférer dans leurs négociations.

Vitre brisée au bureau du député

Lors de la Fête des travailleurs, une vitre du bureau du député de Laval-des-Rapides, Saul Polo, a été fracassée, après qu’un groupe de personnes est entré dans l’immeuble du boulevard Saint-Martin, en après-midi.

En tentant d’ouvrir la porte du local de comté à partir du couloir, une personne a lancé une bouteille directement dans la vitre, qui a éclaté. M. Polo et son équipe ont eu peur et l’homme ayant commis l’action a été arrêté peu de temps après.

Selon la police, les autres personnes autour de lui ne cautionnaient du tout son geste et l’ont plutôt dénoncé.

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page