Connectez-vous à nous

Belle participation au Symposium de Sainte-Rose

Culture

Belle participation au Symposium de Sainte-Rose

Alors que le festival Sainte-Rose en bleu prend d’assaut le Vieux-Sainte-Rose ce week-end, quelque 81 artistes-peintres et sculpteurs rangent à peine leur chevalet, après avoir participé au 15e Symposium de Sainte-Rose, du 29 juillet au 1er août.

«La participation des gens a été extraordinaire. Bien que nous n’ayons pas encore tout comptabilisé, nous sommes persuadés d’avoir attiré plus de monde que les 20 000 visiteurs de l’an dernier. À certains moments, nous avions vraiment peine à circuler sans nous marcher sur les pieds», affirme Carole Faucher, trésorière de Rose-Art et membre du comité organisateur du Symposium. «La sélection d’artistes amène une grande qualité. Encore cette année, je suis surprise par autant de créativité. Les artistes me surprennent encore tant ils arrivent à se surpasser», confiait Francine Hétu, présidente de Rose-Art et coordonnatrice de l’événement, entre deux coups de pinceau le vendredi 30 juillet. «Je suis impressionné par ce que j’ai vu jusqu’à maintenant, plus spécialement au niveau de l’aquarelle, qui m’attire de plus en plus comme art», soulignait non loin de là le comédien Dino Tavarone, porte-parole du Symposium 2010, lui qui présentait de ses tableaux au premier étage du Centre d’art de Sainte-Rose.

Témoignages unanimes

Dans ce déluge de couleurs et de matières que sont les œuvres qui parsemaient les kiosques d’artistes sur le boulevard Sainte-Rose, l’avis était unanime envers la qualité de l’organisation et des visiteurs.

«Il y a une sélection sévère des artistes, ce qui assure une bonne visibilité et fréquentation», commentait Renée Dion, de Sainte-Anne-des-Lacs, devant ses paysages et fleurs à l’aquarelle. Elle dont c’était la seconde participation au Symposium.

Les propos de Mme Dion étaient secondés par Ljubomir Ivankovic, de Hampstead, dont les œuvres représentant des lèvres croquant une cerise attiraient immanquablement le regard des passants.

De retour

À sa 8e présence, la peintre lavalloise Diane Rossignol savourait les retrouvailles, devant ses marguerites à l’acrylique: «Il est bon d’alterner nos présences au cours des années. Les gens nous cherchent et sont contents de nous retrouver. J’aime venir ici, car beaucoup d’attention est accordée aux artistes.»

«Je suis ici pour une deuxième fois. C’est agréable de travailler dehors, en plein air. Ça rend les peintres heureux, et quand les peintres sont heureux, les visiteurs sont heureux!», observait pour sa part l’aquarelliste Serge Nadeau, de Disraeli, qui aime peindre des scènes hivernales. «Nous sommes là pour mettre de la beauté dans la vie des gens. J’aime penser qu’un sourire éclaire le visage de personnes qui découvrent une de nos œuvres en ouvrant la porte de chez eux», notait François Gagnon, de Longueuil, dont c’était la seconde participation à Sainte-Rose.

Première fois

Tout près, Christine Nadeau exposait ses paysages colorés pour une première fois à Sante-Rose. «Une amie peintre m’a parlé de Sainte-Rose. Ce qui m’intéresse, c’est le contact avec les gens, autant le public que les autres artistes. C’est une grande expérience au niveau humain et de notre art», exprimait celle qui habite Boischatel.

Évolution

Grande habituée du Symposium, Aline Labrie, de Fabreville, était fidèle au rendez-vous. «Les premiers symposiums avaient lieu sur les berges de la rivière des Mille-Îles. C’était plus intime. C’est bon de voir toute l’envergure qu’a pris l’événement», de raconter Mme Labrie, qui est aussi une passionnée de l’aquarelle.

Une des rares artistes en sculpture qu’accueille le Symposium, Johanne Dubeau, de Mascouche, croit qu’il serait nécessaire de doubler la participation dans sa discipline. «C’est vrai que les gens sont moins familiers avec l’art en trois dimensions, mais il y a une belle éducation à faire», avançait Mme Dubeau, dont les oiseaux travaillés dans l’argile dégageaient une grâce exprimant des sentiments humains.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page